L’ARMP fragilisée par le cabinet de l’Economie

0
55

Le dossier de l’attribution à Bivac du « Guichet unique pour le commerce extérieur » pour le compte de la  RDCongo continue de soulever des vagues dans les milieux d’affaires. L’on n’arrive toujours pas à s’expliquer le choix de cette firme qui a pourtant siégé au sein du Comité de Pilotage chargé de l’élaboration des cahiers de charges en rapport avec cet appel d’offres international. En sa double qualité de juge et partie, elle aurait dû se déporter et laisser les « candidats » neutres concourir.

La controverse vient d’être relancée avec la décision du cabinet du ministre de l’Economie et Commerce, prise en date du 05 octobre 2013, laquelle casse celle de l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics) portant annulation de la désignation de Bivac comme gestionnaire du « Guichet unique pour le commerce extérieur » au nom de la RDC. On rappelle que cette institution avait justifié sa mesure par le manque de neutralité de Bivac. En principe, le contrat liant cette firme à la RDC était remis en question et un nouvel examen des appels d’offres encore en souffrance sur la table du gouvernement s’imposait.

On laisse entendre, à cet effet, que le dossier avait même atterri à la thématique « Economie, Secteurs Productifs et Finances Publiques », où les « Concertateurs » avaient exigé le renforcement des compétences et de l’indépendance de l’ARMP en tant qu’organe régulateur du secteur des marchés publics. Dans la droite ligne des recommandations des participants aux Concertations Nationales, le Premier ministre Matata avait chargé le ministre de l’Economie et Commerce de revisiter le dossier du « Guichet unique pour le commerce extérieur » et de lui faire rapport.

D’aucuns s’étonnent que le 05 octobre, pendant que le chef du gouvernement séjournait aux Etats-Unis d’Amérique, le cabinet de l’Economie ait décidé de remettre en cause la décision de l’ARMP et de confirmer la signature du contrat RDC-Bivac. L’initiative de ce ministère est fort critiquée dans le cercle des opérateurs économiques, où l’on se demande si un tel acte peut contribuer à l’amélioration du climat des affaires.

 Webb Fontaine en justice contre la RDC ?

  A en croire des rumeurs en circulation à Kinshasa, la firme Webb Fontaine, une des soumissionnaires à l’appel d’offres international relatif au « Guichet unique pour le commerce extérieur », entend se saisir des mesures contradictoires de l’ARMP et du ministère de l’Economie et Commerce pour se plaindre au niveau des instances judiciaires internationales. En effet, selon les textes régissant l’ARMP, les décisions de cette instance ne peuvent être contestées ou remises en question que par voire judiciaire. D’où, c’est Bivac qui devrait attaquer l’ARMP en justifie en lieu et place d’une décision d’autorité du cabinet du ministre de l’Economie et Commerce. Ce qu’il faut craindre est que des investisseurs étrangers, sur pied d’une telle interférence, ne se remettent à douter de l’état du climat des affaires en RDC.

                                                                  Kimp

LEAVE A REPLY

*