L’AR opposée au Plan B de la Ceni

0
528

C’était le choc frontal hier lundi 03 juillet 2017 entre le staff de l’AR (Alternance pour la République, une plate-forme de l’Opposition proche du Rassemblement, et le bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni), au siège de cette institution d’appui à la démocratie, dans la commune de la Gombe.

En dépit de l’oral passé par le président de la CENI, Corneille Nangaa, pour tenter de les convaincre du caractère quasi incontournable du « glissement » du calendrier électoral, en raison des contraintes techniques, Delly Sesanga, Jean-Bertrand Ewanga et compagne sont restés imperturbables. Jalousement attachés à l’Accord du 31 décembre 2016, ils ont fait part au président de la Ceni de leur refus catégorique d’adhérer à un quelconque scénario de « glissement».

Pour le président de ce regroupement politique, Delly Sesanga, les
élections doivent se tenir impérativement en décembre 2017.
A en croire des fuites en circulation dans plusieurs états-majors
politiques, la Ceni travaillerait en fonction d’un Plan B calqué sur
le calendrier électoral adopté en octobre 2016, lors du Dialogue de la
Cité de l’Union Africaine, dont la facilitation était assurée par
l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo.
Selon ce chronogramme, l’élection présidentielle devrait intervenir,
sauf imprévu, en avril 2018. Une incise précisait que si les
contraintes techniques et financières l’exigeaient, l’élection
présidentielle pourrait être repoussée à plus tard.
Tout en prenant acte de l’engagement de la Ceni à ne pas rechercher
le glissement, Delly Sesanga a saisi cette opportunité pour annoncer à
l’opinion nationale la tenue d’un atelier de l’Alternance pour la
République sur le processus électoral, lequel s’ouvre déjà ce mardi 4
juillet 2017.
Il a fait savoir d’ores et déjà qu’à l’issue de cet atelier, sa
plate-forme prendra une position claire au sujet du processus
électoral, après avoir collecté toutes les données techniques auprès
de la centrale électorale.
L’élu de Luiza a toutefois signalé avoir reçu du président de la CENI
l’assurance que l’enrôlement va démarrer incessamment dans la province
du Kasaï. Il a reconnu que cette rencontre leur a permis d’avoir une
idée plus ou moins nette de l’état d’avancement du processus
électoral.
Pour sa part, le Secrétaire exécutif de l’Alternance pour la
République a enfoncé le clou. Pour Jean-Bertrand Ewanga a martelé
qu’aucun glissement ne sera toléré, surtout pour l’élection
présidentielle.
De son point de vue, les contraintes techniques évoquées par le
président de la CENI relèvent d’une fuite en avant, pour justifier un
glissement de calendrier électoral planifié de longue date.
D’après le président du Front Citoyen pour la République, la
Commission Electorale Nationale Indépendante devrait privilégier
l’élection présidentielle, qui ne pose pas trop de problèmes pour son
organisation, pour l’échéance de décembre 2017.
Pour l’élu d’IKela, l’Accord du 31 décembre 2016 doit s’appliquer
intégralement dans ses dispositions relatives au processus électoral.

Prenant la parole à son tour, le président de la CENI a apprécié  la
démarche de ses hôtes. Corneille Nangaa a indiqué que dans les tout
prochains jours, le calendrier électoral pour être rendu public, dès
lors que les membres de la classe politique auront aplani toutes leurs
divergences au sujet de l’organisation de la période de transition.
ERIC WEMBA