L’APUKIN contre la révision constitutionnelle

0
59

apukinComme prévu au  calendrier et présidée par le professeur Antoine KitomboleTshovu, président de l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa (Apukin), la session ordinaire de l’assemblée générale qui s’est tenue le samedi 04 octobre 2014 dans la salle de la faculté des sciences de l’UNIKIN a eu trois points à l’ordre du jour. Il s’agit des échanges sur l’opportunité de réviser la Constitution, l’exécution du protocole d’accord signé avec le gouvernement le 10 avril 2010 concernant les primes de Fonctionnement académique et la situation des partenariats 2013-2014 et 2014-2015.

Au sortir de leurs travaux, le professeur MbadukiaManguedi, secrétaire rapporteur de l’Apukin a fait la lecture du communiqué final qui reprend toutes les décisions prises à l’unanimité. La question de la révision constitutionnelle est d’une importance cruciale pour le pays, car, elle devra déterminer les enjeux politiques d’une part et l’avenir démocratique de la République d’autre part.

Opposition aux révisions intempestives

Les professeurs n’ont pas dit un mot là-dessus samedi dernier. Cependant, à ce sujet, le porte-parole Mbadu Kia Manguedi a rappelé que cette question sur l’opportunité de la révision de la Constitution avait déjà été analysée, et, les professeurs s’étaient déjà prononcés à long et en large en date du 19 janvier 2013. Lors d’une rencontre qui avait été organisée à la veille des assises des « concertations nationales ». Déjà à l’époque, cette question rongeait les milieux politiques congolais et les professeurs avaient relevé dans leur déclaration qu’ils étaient opposés à des révisions constitutionnelles intempestives et taillées sur mesure. En plus, les professeurs s’étaient déclarés prêts à apporter leur expertise aux concertations nationales.

Comme la question revient sur la sellette sur le plan national et international, l’Assemblée des professeurs compte organiser à brève échéance, un forum spécial à cet effet.

Paiement de prime obligatoire sur base des critères

Quant au paiement des primes de fonction académique, l’assemblée a demandé au gouvernement de procéder au paiement de ce manque à gagner  sur base du seul critère de « la nomination » par l’arrêté ministériel « du professeur », aussi bien pour les professeurs bénéficiaires des véhicules que les non bénéficiaires. « C’est de cette manière que seront définitivement réglés tous les litiges générés par l’exécution aussi bien du protocole d’accord du 10 avril que du contrat d’achat de véhicules » a-t-il laissé entendre, tout en promettant la tenue d’une nouvelle Assemblée Générale incessamment.

Contrôle strict recommandé

S’agissant du partenariat, le secrétaire rapporteur a renseigné que les professeurs ont exigé des autorités académiques le contrôle strict des listes des étudiants enrôlés aux examens. Pour eux, « tous ceux qui ne se seraient pas acquittés de leur devoir en termes de paiement des frais d’études, ne devraient plus être considérés comme étudiants », tel que souligné dans ledit communiqué.

 Dorcas Nsomue

LEAVE A REPLY

*