L’appel de Kiakwama à Félix Tshisekedi, Bemba et Kamerhe

0
4350

Il est plus facile pour un Chef de l’Etat acculé par la nation et la communauté internationale de céder aux flatteries d’un entourage parfois apeuré que de céder aux demandes répétées de démocratie du peuple.

La non-candidature du Président sortant est, d’une part, à attribuer avant tout au peuple congolais dans toutes ses composantes, qui a payé, depuis plusieurs années, un tribut inestimable et, d’autre part, à l’implication constante et sans failles de tous les amis du Congo. A tous Merci. Et Félicitations pour cet engagement infatigable de tous les instants !

Le melting-pot politique que constitue le Front Commun pour le Congo (FCC) présente aujourd’hui au même peuple congolais son candidat à l’élection présidentielle. Les membres de cette coalition se battront, dans une unité forcée, en exploitant les failles du processus électoral que tous nous continuons à décrier, pour faire gagner leur
candidat.
Il revient donc à l’opposition politique congolaise dans son ensemble
et sa diversité de parcours, à également prendre la mesure de cet
instant crucial et à répondre aux vœux récurrents d’unité, de cohésion
et d’alternance du peuple congolais.
Hier, Feu Etienne Tshisekedi pouvait nous réunir du simple fait que
nous le respections. Nous respections l’Aîné et, nous respections
aussi l’Homme de Parole, l’Homme Vrai.
Aujourd’hui plus que jamais, notre opposition politique a de nouveau
besoin d’hommes de parole. Elle a besoin d’HOMMES, tout simplement.
Des « rêveurs », des « pragmatiques », des « populaires », des «
obscurs », des « plus beaux », « plus intelligents », « plus diplômés
», « plus courageux », … nous en avons tant et plus. Ils sont plus
rares parmi nous, ceux qui sont capables de donner une parole et de la
tenir sur leur honneur.
Après la messe de suffrage en la mémoire de mon regretté frère
Jeannot Bemba Saolona et leurs rencontres, Jean-Pierre Bemba, Vital
Kamerhe et Félix Tshisekedi ont chacun dit leur volonté de s’unir et
de donner un candidat commun de l’Opposition à la Nation Congolaise.
Alors publiquement, j’invite ces trois fils du Congo ; Jean-Pierre,
Vital et Felix, d’effectivement tout mettre en œuvre pour parvenir à
ce noble but. Ils portent aujourd’hui une responsabilité historique !
VITAL KAMERHE fait à mes yeux parti des cadres congolais les mieux
préparés à gérer l’Etat. Il a eu à assurer plusieurs fonctions qui
forment et forgent. Bien sûr, c’est un homme. Il peut avoir les
défauts de ses qualités mais, j’ai eu à le fréquenter depuis deux
décennies bientôt. Il est patriote. Il sait être aux côtés de ceux qui
ont une certaine idée de la RDC. Monsieur le président de l’UNC, vous
êtes parmi les aînés de votre génération politique. Retrouvez la
mémoire du Pacificateur ; alors le sort de la Nation, dont vous savez
qu’il y a plusieurs manières de la servir, prendra le pas sur toute
autre considération,
FELIX TSHISEKEDI certains ont la faiblesse de penser qu’il ne sera
jamais que le fils de Feu son illustre père. Certes, les parents
engendrent les enfants, mais JAMAIS ils n’engendrent leur devenir.
Monsieur le président de l’UDPS, vos pas doivent à présent être guidés
non seulement par les volontés de vos très nombreux partisans mais,
par ceux de l’idéal national. Idéal national qu’il vous faudra parfois
seul et parfois contre les vôtres, être capable de juger et de
déterminer. Il vous est arrivé déjà de devoir rappeler que personne ne
peut vous aimer plus que vous-même. Plus que quiconque dans notre
pays, vous ne pouvez vous permettre d’échouer.
JEAN-PIERRE BEMBA pourrait aussi n’être associé qu’à feu son père, ou
au combatif trentenaire et quadragénaire qu’il a été. Cependant, du
vivant de Jeannot déjà, il avait pris une voie pleine de péril et
l’avait assumée, au prix de sa liberté. C’est rare. Il faut le
signaler. Monsieur le Président du MLC, vous venez de connaître 10 ans
d’une dure épreuve. Tant d’autres en seraient sortis laminés. Vous
semblez en être sorti apaisé, assagi et prêt à assumer un devenir
national. Il vous faut maintenant aller au bout de ce qu’exige ce
destin, même si cela veut dire encore des sacrifices. Tout ce que vous
avez dit depuis votre retour parmi nous indique que vous êtes prêts à
vous dépasser une fois encore. Continuez de creuser ce sillon.
A vous 3 principalement il reviendra de montrer la voie du dépassement
et de l’altruisme. A tous ceux de votre génération politique, Moïse
Katumbi – dont nous regrettons profondément le traitement singulier
qu’il a subi et ce, malgré les conseils et les vives admonestations
discrètement adressés à nos frères de la MP, Martin Fayulu, Freddy
Matungulu, et tous les autres … A tous, je demanderai de penser aux
enfants du Congo qui sont morts pour la patrie.
Tous ont des visages. Certains ont des noms : Floribert Chebeya, Luc
Nkulula, Rossy Tshimanga, Fernand Tshimanga, Eric Boloko, Thérèse
Kapangala, Hussein Ngandu, Serge Kikunda,… D’autres sont anonymes
jusqu’à ce jour. Tous sont dans nos prières.
A chacun d’entre vous, je demanderai de penser aux peines
quotidiennes de notre peuple. A chacun d’entre vous, je demanderai de
penser au devenir national commun. A chacun d’entre vous, je
demanderai de penser à notre communauté de destin et à l’impératif de
progrès à mettre enfin en œuvre. A chacun d’entre vous, je demanderai
de penser aux millions de Congolais qui aspirent aux mieux-être et qui
le méritent amplement.  Il est temps que l’on passe de l’aspiration à
la concrétisation.
Je vous  demanderai enfin de penser aux Jean-claude Muyambo, Franck
Diongo, Eugène Diomi, Carbone Beni, Paul Nsapu et autres lanceurs
d’alerte, activistes des droits de l’homme et militants des mouvements
citoyens, qui sont en prison ou en exil. Votre sens du bien commun
pourra résolument tous les aider!
Mettez-vous ensemble, et après la validation de vos candidatures,
offrez à notre nation un Candidat Commun de l’Opposition que tous nous
adouberons et que nous aurons à cœur de porter à la Présidence de la
République de notre pays pour l’alternance, pour le changement et pour
une gouvernance digne, tournée vers le bien commun.
TENEZ PAROLE. N’AYEZ QU’UNE PAROLE !
Certaines choses ne dépendront jamais ni de la CENCO, ni du CLC.
Kinshasa,
le  9 Août 2018.
GILBERT KIAKWAMA kia KIZIKI,