Lancement de la campagne « tolérance zéro » à Kinshasa

0
55

Les violences sexuelles sont devenues répétitives  dans la région des Grands Lacs ces dernières années avec les conflits armés dans ce coin de l’Afrique. Pour trouver les modalités d’établir des mécanismes spécialisés dans le traitement judiciaire des cas des violences sexuelles et basée sur le genre, le secrétariat de conférence des Grands Lacs, en  synergie avec le gouvernement de la République Démocratique du Congo organise du 25 au 28 juillet  à Kinshasa une consultation régionale de haut niveau avec les ministres de la Justice et du Genre, les représentants des cours suprêmes et les procureurs généraux des 11 pays membres.

 Cette consultation est consécutive aux résolutions de Kinshasa contenues dans la déclaration de Kampala sur les violences sexuelles et basée sur le genre.
 Les trois premiers jours de cette réunion seront consacrés aux travaux des experts.
 Des juristes, des spécialistes du genre, des participants des Foras régionaux des femmes, des jeunes et de la société civile de la CIRGL ainsi que des représentants des agences onusiennes et des partenaires au développement vont discuter et recommander les modalités de mise en place et de fonctionnement des tribunaux spécialisés, des sessions et procédures judiciaires spécialisées pour traiter les cas des VSBG ainsi que meilleur voie à suivre pour la domestication rapide des instruments de la CIRGL y compris la déclaration de Kampala.
Les participants à cette réunion seront édifiés par une étude régionale sur les tribunaux spécialisés ainsi que des expériences des pays membres dans la lutte contre l’impunité des crimes de violences sexuelles.
 Après cette réunion des experts, les ministres du Genre et de la Justice vont procéder, au cors d’une session à la validation des recommandations et au lancement de la campagne régionale de « la tolérance zéro  » aux VSBG.
 Cela servira de prélude à un lancement simultané d’une campagne similaire au niveau national dans les 11 pays membres de la CIRGL.
 Il  faut noter qu’au moins 200 personnes prendront part à cette réunion.

ERIC WEMBA

LEAVE A REPLY

*