L’An I du Rassemblement : « Les élections ne sont pas un don d’un acteur politique… »

0
140
Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 13/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Felix Tshisekedi, cadre de l’UDPS et membre du Rassemblement lors de travaux du dialogue national inclusif à Kinshasa, le 13/12/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Félix Tshisekedi s’est adressé à la presse le samedi 10 juin 2017, au siège provisoire du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changement, qui n’est autre que la résidence de feu Etienne Tshisekedi, dans la commune de Limete, à l’occasion du premier anniversaire de naissance de cette méga plate-forme politique, dont le père fondateur est l’illustre disparu. Après avoir rappelé les péripéties de sa création à Genval, près de Bruxelles, il y a une année, et les principaux objectifs de sa création, à savoir le respect de la Constitution, la tenue d’élections démocratiques, transparentes et apaisées en vue de la succession de l’actuel Chef de l’Etat, arrivé à la fin de son second et dernier mandat, la restauration de l’Etat de droit, et ceux du premier Conclave du Rassemblée fondés sur l’impératif de l’organisation d’un véritable dialogue entre acteurs politiques congolais, le refus du glissement du mandat présidentiel au-delà du 19 décembre 2016, il a déploré le sabotage systématique de l’Accord du 31 décembre 2016 par la famille politique du Chef de l’Etat.

Martelant que les élections ne pas sont pas un don d’un quelconque acteur politique au peuple congolais, Félix Tshisekedi a réitéré la détermination du Rassemblement à faire respecter l’Accord de la Saint Sylvestre, désormais coulé en « instrument international » à travers la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Au regard des velléités de glissement qui s’observent du côté de la Majorité Présidentielle, il en a appelé à une remobilisation générale des forces politiques et sociales aux fins d’obtenir coûte que coûte la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2à16, de faire échec aux manœuvres de renvoi des élections aux calendres grecques ainsi qu’au projet d’organisation d’un referendum en vue de permettre à l’actuel Chef de l’Etat de briguer un troisième mandat. Selon Félix Tshisekedi, la dynamique du changement de gouvernance au sommet de l’Etat doit être maintenue afin de permettre au pays de s’engager dans la voie de la véritable démocratie, conformément à l’idéal pour lequel s’était battu, jusqu’à son dernier souffle, le regretté Etienne Tshisekedi.

ADRESSE DU PRÉSIDENT DU RASSEMBLEMENT A L’OCCASION DU 1er ANNIVERSAIRE
DE CETTE PLATE-FORME POLITIQUE
Mesdames et Messieurs de la Presse,
Distingués invités,

Nous saluons votre présence à ce point de presse, en ce jour du
premier anniversaire du Rassemblement des Forces Politiques et
Sociales Acquises au Changement.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-nous d’évoquer une absence qui pèse lourdement sur la
commémoration de ce jour.
Nous parlons ici du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba, qui nous
a quittés, le 1er février 2017, en plein combat et nous voulons lui
témoigner toute notre affection et notre profonde reconnaissance.
En sa mémoire, nous vous prions d’observer un moment de silence….
Nous vous remercions.
Pouvons-nous profiter de cette occasion pour annoncer qu’il nous
revient, qu’après moult tergiversations les familles politique et
biologique de l’illustre disparu et le pouvoir en place ont trouvé les
termes de références communs pour permettre, incessamment, le
rapatriement de la dépouille mortelle de notre Président et son
inhumation dans les conditions dignes et respectueuses, à la hauteur
de ce grand serviteur de la nation qu’il a été.

Mesdames et Messieurs,

L’histoire se fait progressivement, elle laisse parfois des dates et
des lieux à commémorer lorsqu’elle  prend un tournant significatif.
En effet, le 10 juin 2016, à GENVAL, le combat de l’Opposition
Politique Congolaise prenait effectivement un tournant décisif.
Là-bas, au Royaume de Belgique, non loin de Bruxelles, capitale de
l’Europe, en ce mois de l’anniversaire de l’accession de notre pays à
l’indépendance, soucieux à la fois de sauver le processus électoral de
l’impasse politique dans laquelle Joseph Kabila l’a délibérément
plongée depuis le hold up électoral de 2011 et d’indiquer à notre
peuple le chemin de son salut, feu le Président Etienne TSHISEKEDI wa
MULUMBA avait pris l’initiative d’inviter, pour une réflexion
collective et responsable, toutes les Forces Politiques et Sociales
acquises au changement en République Démocratique du Congo.
Cette occasion donnait au peuple congolais les raisons d’espérer
alors que d’aucuns étaient tentés de parler  d’une situation
catastrophique et sans issue apparente pour notre pays, frappé par une
crise sévère qui fait de ce sous-continent, un géant à la dérive.
Dans un sursaut républicain et  patriotique, ces Forces vives de la
nation, après avoir senti la nécessité et l’urgence d’une telle
rencontre, ont marqué leur accord à cette initiative forte, et se sont
accordées, du 8 au 10 juin 2016, à donner naissance au Regroupement
politique, le RASSEMBLEMENT, immédiatement reconnu par tout notre
peuple comme le cadre de combat politique idoine qui porte désormais
ses espoirs.

Mesdames et Messieurs,

Au-delà des embûches et des obstacles, la Conférence de Genval a été
un moment privilégié où les Forces Politiques et Sociales acquises au
changement, regroupées autour d’Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA, se sont
dotées de « 3 U » : U comme Unité de vision, U comme Unité de
leadership et U comme Unité d’action.

De l’Unité de vision

Les patriotes réunis à Genval, au total neuf composantes représentées,
à savoir : – UDPS, G7, DYNAMIQUE DE L’OPPOSITION, AR, MPP, G14, CR,
FDP et la SOCIETE CIVILE-, ont élaboré une charte, dénommée Acte
d’Engagement de Genval.
Aux termes de cette charte, il est stipulé que le Rassemblement
poursuit les objectifs ci-après :
– le respect de la constitution du 18 février 2006 ;
– la lutte contre le changement ou révision de la constitution ;
– la lutte contre le référendum ;
– la lutte contre un troisième mandat pour Joseph Kabila ;
– la libéralisation de l’espace politique ;
– la lutte pour que le 19 décembre 2016, Joseph Kabila laisse
pacifiquement le pouvoir en ce que son mandat constitutionnel est
épuisé à cette date.
De même, l’Acte d’Engagement de Genval a institué deux Organes : le
Conseil des Sages et la Coordination des Actions.
Depuis lors, la composante «Alliés de l’UDPS» a été admise comme le
dixième membre du Rassemblent.

De l’Unité de leadership

Par une motion de remerciement et de reconnaissance, le leadership
d’Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA a été unanimement salué par tous les
participants qui l’investirent Président du Conseil des Sages, pour
son combat au service de la cause de la liberté, de la justice et de
la démocratie, tout en prenant l’engagement de mettre le symbole de
cette démocratie, qu’il était devenu, au service du combat commun pour
le respect de la Constitution et l’avènement de l’alternance dans
notre pays.

Le Conseil des Sages est l’Organe de conception, d’orientation et de
décisions. Les représentants, dûment mandatés par leurs composantes
membres du Rassemblement, y siègent.

De l’Unité d’Action

L’existence du Rassemblement devait permettre aux Forces Politiques
et Sociales Acquises au Changement, parlant d’une même et seule voix,
de devenir, sans équivoque, visibles et audibles, et par conséquent
d’être, dans toutes leurs nuance et diversité, une force d’action et
de mobilisation.
Cette démarche a suscité un immense espoir au sein de la nation
congolaise qui l’a manifesté avec force et vigueur notamment par
l’accueil triomphal réservé au Président du Rassemblement lors de son
retour à Kinshasa, le 27 juillet 2016, la participation massive de
millions des Congolais au meeting organisé par le Rassemblement le 31
juillet suivant ou encore par la détermination de cette même
population congolaise qui a activement pris part à la manifestation du
19 septembre 2016 en dépit de l’extrême brutalité des «forces du
désordre».
Et puisque, bien de nos camarades sont tombés à ce champ d’honneur,
Mesdames et Messieurs, je vous prie à nouveau de vous lever pour
observer un moment de silence en leur mémoire …
Merci.
De guerre lasse, toujours fort du soutien populaire, le Rassemblement
a organisé son premier conclave, présent dans nos esprits à tous, le 4
octobre 2016 au siège de l’UDPS à Limeté.
Il s’est agi, alors, d’arrêter les termes de référence d’un dialogue
susceptible de faire face à la multiplication, par Joseph Kabila, de
stratagèmes et autres artifices d’enfumage, d’atermoiement et
d’endormissement, pour arriver à son objectif obsessionnel d’empêcher
la tenue des élections, prévues constitutionnellement pour être tenues
en novembre 2016, afin de demeurer à vie dans le fauteuil
présidentiel.

Sous le leadership du Rassemblement, le peuple congolais a pu, avec
les bons offices de la CENCO, arracher, aux forceps, la signature de
l’Accord dit de « la Saint Sylvestre » en date du 31 décembre 2016.

Mesdames et Messieurs,

L’Accord du 31 décembre 2016 est un ensemble de mesures et de moyens
sur lesquels le Rassemblement et le pouvoir en place se sont convenus
pour aller aux élections, au plus tard le 31 décembre 2017. Cet Accord
garantit les équilibres entre les parties prenantes et le contrôle du
processus électoral dans la plus grande transparence.

L’Accord ainsi signé a posé conséquemment les principes ci-après :
– pas de révision constitutionnelle;
– pas de référendum ;
– pas de troisième mandat pour Joseph Kabila ;
– mise en place d’un gouvernement de transition dirigé par un Premier
ministre présenté par le Rassemblement ;
– création du Conseil national de suivi de l’Accord (CNSA) dirigé par
le Président du Conseil des sages du Rassemblement ;
– décrispation du climat politique ;
– libéralisation de l’espace politique ;
– ouverture des médias proche de l’opposition ;
– libération des prisonniers politiques et d’opinions ;
– la fin de dédoublement des partis politiques ;
– mise en œuvre de l’Accord précédée par la signature d’un arrangement
particulier.
Cet Accord a suscité beaucoup d’espoir auprès de Congolais :
– espoir que le pays allait, enfin, connaitre une période électorale
durant laquelle Joseph Kabila n’allait pas pouvoir ni se représenter
comme candidat Président de la République, ni modifier la constitution
et  encore moins, organiser un référendum.

– espoir que le Premier ministre qui sortirait du Rassemblement allait
conduire le pays, au plus tard le 31 décembre 2017, vers des élections
Présidentielle, législatives et provinciales libres, transparentes et
démocratiques.

– espoir que l’équilibre de l’Accord allait être assuré par la
présence du Président du Conseil des Sages du Rassemblement à la tête
du Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA).

– espoir enfin que les mesures de décrispation, une fois appliquées,
allaient permettre la libéralisation de l’espace politique, la
libération des prisonniers politiques, le retour au pays des exilés
ainsi que la réhabilitation des médias proches de l’opposition.

Malheureusement, profitant du décès du Président Etienne TSHISEKEDI,
d’heureuse mémoire, malgré l’adhésion sans faille de la population
congolaise à cet Accord, malgré le fait que le Conseil de Sécurité des
Nations-Unies ait pris, en mars 2017, la Résolution 2348 qui
transforme l’Accord de la Saint Sylvestre en un instrument
international, et en dépit de la volonté du Rassemblement de
poursuivre les discussions sur l’arrangement particulier, Joseph
Kabila va délibérément violer l’Accord dans son esprit et dans sa
lettre,  au point finalement de le renier. C’EST ICI, POUR NOUS,
L’OPPORTUNITÉ DE DÉNONCER LES PROPOS TENUS PAR CE DERNIER DANS LE
COLONNES DU JOURNAL ALLEMAND DER SPIEGEL.

EN EFFET, LES ÉLECTIONS CRÉDIBLES ET TRANSPARENTES RESTENT LE CHEVAL
DE BATAILLE DU RASSEMBLEMENT, ELLES CONSTITUENT UN DROIT
CONSTITUTIONNELLEMENT RECONNU AU PEUPLE CONGOLAIS TEL QUE RENFORCE PAR
L’ACCORD DE LA SAINT SYLVESTRE QUI RENFERME L’ENGAGEMENT DES PARTIES
PRENANTES DONT LES DÉLÉGUÉS DE MONSIEUR JOSEPH KABILA.

LES ÉLECTIONS NE SONT DONC PAS UN DON PROMIS OU A PROMETTRE, SUIVANT
LE BON VOULOIR D’UN ACTEUR POLITIQUE, DE QUEL QUE BORD QUE CE SOIT, AU
PEUPLE SOUVERAIN.

Mesdames et Messieurs,

En ce jour du 10 juin 2017, jour pour jour, le Rassemblement a un an
d’existence. L’heure a donc sonné, pour nous, de nous remobiliser
comme un seul homme, pour relever le défi que Joseph Kabila a lancé à
notre peuple de priver la nation congolaise d’élections conformément à
la constitution.

Pour se faire, nous annonçons que le Rassemblement entre pour la
deuxième fois en Conclave afin d’élaborer une nouvelle feuille de
route qui va baliser son action jusqu’au 31 décembre 2017, date à
laquelle des élections présidentielle, législatives et locales doivent
avoir été organisées dans notre pays.
Les commissions chargées de préparer ce travail ont été installées et
sont à la tâche. Le Rassemblement communiquera en temps opportun la
date au cours de laquelle il rendra public les résultats de ces
travaux.
Joyeux anniversaire à tous les membres du Rassemblement et à tout
notre peuple à qui nous renouvelons notre indéfectible engagement à le
servir.

Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,
Je vous remercie, pour votre bienveillante attention.
Félix TSHISEKEDI
TSHILOMBO