L’ambassadeur Yandoma pour la pérennisation des relations Brazza-Kin

0
93

cg L’ambassadeur de la République du Congo en RD Congo, Clément Yandoma, et ses compatriotes vivant à Kinshasa ont reçu du beau monde, le jeudi 15 août 2013 au restaurant Le Palais à Kintambo, à l’occasion du 53ème anniversaire de l’indépendance de leur pays. Diplomates, opérateurs économiques, acteurs politiques, artistes, journalistes, ont pris part à cette commémoration. Dans le lot des convives, on a noté la présence de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya.

Témoignant à cette occasion que les relations entre les deux Congo sont au beau fixe, l’ambassadeur a affirmé que la RDC reste un partenaire de tous les temps de son pays. Ainsi, son souhait de voir cette dynamique se pérenniser au bénéfice du bien être des deux peuples et de la stabilité sous-régionale.

Concernant la situation de crise que traverse particulièrement sa voisine, la RDC, le diplomate a paraphrasé son Chef d’Etat, Denis Sassou N’Guesso, qui a avait juré de ne jamais cesser d’appuyer toutes les initiatives visant le règlement pacifique de cette crise. « Nous réitérons ici notre entière disponibilité à accompagner, comme cela m’a été fraternellement demandé, ce pays frère dans la souveraine recherche de la paix et de la stabilité à travers les concertations politiques inclusives qui vont s’ouvrir » a narré l’ambassadeur.

Proclamant tout haut la stabilité économique que traverse son pays, Clément Yandoma a décrit le vaste programme du président Denis Sassou dénommé « Chemin d’Avenir », pour arrimer le pays à l’industrialisation et à la modernité.

Le Congo est un pays en développement, inclus dans l’Initiative pays pauvres très endettés (IPPTE). Le point d’achèvement de l’initiative PPTE a été atteint en janvier 2010, avec l’approbation de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

Son économie repose principalement sur l’exploitation des hydrocarbures le long de la côte Atlantique. Cette activité représente environ 90 % des exportations du pays. La production est de l’ordre de 240 000 barils par jour. Le bois représente une part importante des exportations du Congo, dont la surface est couverte de forêts à près de 60 %, pour un total de vingt-et-un millions d’hectares.

La plus grande partie de la production agricole (manioc, fruits et légumes) est consommée localement. Néanmoins, la Société agricole et de raffinage industriel du sucre (SARIS), implantée à Nkayi, dans la Bouenza, commercialise ses produits dans d’autres pays d’Afrique centrale.

Pour rappel, c’est à la suite de plusieurs missions d’exploration, dont la plus notable reste celle de Savorgnan de Brazza, qui a donné son nom à la capitale du pays, ce territoire est intégré au second empire colonial français à la fin du XIXe siècle. Après 70 ans de colonisation, il prend son indépendance en 1960, avec pour premier chef de l’État l’abbé Fulbert Youlou. Les deux décennies suivantes sont marquées par un grand nombre de tentatives de coup d’État, dont quatre réussissent (1963, 1968, 1977 et 1979).

Le chef de l’État actuel est Denis Sassou-Nguesso. Il a été au pouvoir de 1979 à 1992, puis de 1997 à nos jours. En 1991, une conférence nationale souveraine était organisée dans le but de mettre fin au système du parti unique et d’installer la démocratie.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*