L’Ambassadeur de France en RDC évalue la coopération AFD-INPP

0
198

INPP_imgL’Ambassadeur de France en RDC, Luc Hallade, a effectué vendredi 20 mars 2015, une descente à la direction provinciale de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), sise 11ème rue, quartier Industriel, dans la commune de Limete. Objectif : évaluer l’état de partenariat entre l’INPP et l’Agence Française de Développement (AFD).
Se confiant à la presse peu après une longue séance de travail avec les autorités de cet établissement public, le diplomate français, visiblement comblé, s’est félicité de la décision de son pays de soutenir l’INPP, car les résultats sont plus que satisfaisants. Un partenariat positif aux résultats concrets. L’Ambassade de France en RDC s’est beaucoup réjoui de la poursuite du programme de réhabilitation progressive des directions provinciales de cet institut, de l’amélioration de la qualité  de formation et des formateurs, afin de répondre favorablement aux besoins de la main-d’œuvre des entreprises et de la qualification  de la jeunesse congolaise. Il s’est réjoui, enfin,  de constater que les financements ne sont pas détournés, mais au contraire, ils sont utilisés dans le strict respect des accords.

Seize millions d’Euros pour la construction et l’équipement de trois directions provinciales

Outre les directions provinciales de Matadi (chef-lieu de la province du Bas-Congo) et Bukavu (chef-lieu du Sud-Kivu), l’Agence Française de Développement, a rappelé Luc Hallade, vient de bébloquer une bagatelle de seize millions d’Euros pour la construction et l’équipement des directions provinciales de Mbandaka (chef-lieu de la province de l’Equateur), Kisangani (chef-lieu de la Province Orientale) et Goma (chef-lieu du Nord-Kivu).
Pour sa part, l’Administrateur directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, n’a pas tari d’éloges à l’apport français, à travers son agence, AFD, pour l’extension des activités de son établissement public à travers tout le territoire national. Car, pour lui, Kinshasa demeure, certes, la capitale, mais ne représente pas toute la RDC. Or, l’INPP tient beaucoup à l’extension de ses activités  dans toutes les provinces du pays, afin de mettre à la disposition de toutes les entreprises éparpillées à travers le pays une main- d’œuvre qualifiée, diversifiée et abondante. Elle compte également favoriser l’émergence d’une classe moyenne par la création des petits métiers ainsi que des petites et moyennes entreprises.
Michel  LUKA