L’Allemagne évalue ses micro-projets

0
23

 Les bénéficiaires des micro-projets financés par l’ambassade de la République Fédérale d’Allemagne en RD Congo se sont entretenus, hier mercredi 22 décembre 2010, avec l’ambassadeur Peter Blomeyer au sujet de l’apport de ce pays européen dans le développement des communautés de base congolaises.

 D’entrée de jeu, le diplomate germanique a recadré le concept « micro-projet » qui est un petit projet, ne dépassant pas la somme de 25.000 dollars américains, mais soutenu par l’ambassade pour le bénéfice direct des populations les plus pauvres. Différents des grands projets menés par des structures formelles telles que la GTW ou le KFW, les micro-projets sont généralement menés dans les milieux ruraux, au-delà des compétences traditionnelles assignées à une ambassade (relations diplomatiques, économiques, culturelles etc.). « C’est en voyageant que j’ai vu des besoins urgents qui ne pouvaient pas me laisser indifférent. Heureusement que nous avons l’autorisation de réagir à ce genre de situation à travers les micro-crédits, lorsqu’il y a nécessité… » a souligné le Dr Blomeyer.

 Cette année 2010, a-t-il indiqué, a surtout été marquée par la diversité de ces micro-projets. Tout d’abord, il s’agit d’une diversité sectorielle car l’ambassade a mis l’accent sur l’éducation et la formation professionnelle, ainsi que sur la santé et l’agriculture. Quant à l’espace bénéficiaire, loin de se limiter à Kinshasa et aux provinces de l’Est, les compatriotes d’Angela Merckel ont également soutenu des micro-projets dans les 2 Kasaï, ainsi qu’à Bandundu et au Bas-Congo.
 Les acteurs de développement, bénéficiaires de l’aide allemande, ont salué cette collaboration qui a incontestablement été salutaire pour la population durant cette année qui s’achève. Le Centre d’encadrement pour le développement de la communauté rurale (CEDCR), représenté par Etienne Ngoma, a exposé les résultats du travail d’un champ de manioc de 5 ha, cultivé grâce à ladite coopération. « Ainsi, ce projet nous permet de lutter efficacement contre l’exode rural qui frappe de plein fouet nos communautés… », a expliqué Etienne Ngoma. 
 Il faudrait aussi noter, au cours de cette rencontre, la présence d’autres organisations telles que Orphelinat Pour Tous( OPT) ; Aide aux enfants en situation difficile ( Kinkole) ; Hospice des enfants abandonnés ; les Sœurs de la Charité de Bandundu) ; l’ECC etc.   Tshieke Bukasa  

 

LEAVE A REPLY

*