L’agro-alimentaire africain au centre d’un grand forum

0
44

Avec ses vastes étendues de terres arables inexploitées, son climat avec des saisons pluvieuses, son hydrographie généreuse et sa main-d’œuvre abondante, l’Afrique détient certainement les clefs de sa croissance dans le secteur agricole et aussi, de son développement. Si toutes les batteries étaient mises en marche, elle pourrait constituer non seulement, son propre grenier, mais aussi celui du monde, au moment où l’explosion démographique qui se profile à l’horizon, dans de nombreux pays de la planète, impose des défis gigantesques aux dirigeants du monde pour résoudre les futures crises alimentaires.

Aujourd’hui en effet, il nous faut bâtir un monde où la faim sera éradiquée et la sécurité alimentaire assurée. Pour y parvenir, cet objectif suscite d’ores et déjà des questions importantes auxquelles des réflexions approfondies  pourraient apporter de véritables solutions, mais aussi des projets pouvant drainer des investissements destinés au développement de l’agriculture.

            S’inscrivant dans cette perspective, EMRC, une organisation avant-gardiste, envisage d’organiser l’Agrobusiness Forum, qui se tiendra au Grand Hôtel Kinshasa, du 26 au 29 octobre 2014. C’est dans ce cadre que Mme Idit Miller, sa vice-présidente, vient d’effectuer, du 20 au 21 mai 2014, à Kinshasa, une visite de contact et d’information. A cette occasion, elle a eu des entretiens fructueux avec les autorités congolaises et quelques acteurs intervenant dans le secteur agricole.

            Pour compléter ces contacts, Mme Idit Miller s’est rendue depuis hier, à Lubumbashi, où son agenda de travail prévoit des rencontres avec les membres du gouvernement provincial et les opérateurs économiques, ainsi que des organisations paysannes.

Cet événement-phare, comme il faudrait le souligner,  vise, à en croire ses initiateurs, renforcer le secteur agro-alimentaire en Afrique, en encourageant des partenariats des intervenants, et l’échange de meilleures pratiques, et en attirant des investissements. Le succès du continent africain repose sur le développement de son secteur privé développement. D’ailleurs, le secteur de l’agro-industrie africaine a un énorme potentiel de croissance.

Ce forum considéré par ses initiateurs, comme étant le plus grand consacré  à l’agrobusiness africain et organisé sur le sol africain, a lieu chaque année et attire plusieurs centaines de dirigeants de l’agro-industrie et les décideurs. Au nombre des participants intéressés par cette grand’messe de l’agriculture, on cite les sociétés privées, les financiers, les bailleurs de fonds, les industriels, les chercheurs, les gouvernements et les organisations internationales du Nord et du Sud. Cette rencontre devrait mobiliser tous les intervenants à trouver des voies et moyens pour booster la croissance de l’agro-alimentaire africain et pour les potentiels investisseurs.

            Pour les responsables d’EMRC, ce forum est une combinaison de sessions plénières, des ateliers techniques, des rencontres d’affaires pré-organisées et d’une mini-foire commerciale pour l’exposition de principaux produits de l’agriculture congolaise et africaine.

            Afin de stimuler les meilleurs producteurs du continent, l’Agrobusiness Forum entend organiser le concours de l’incubateur de projet EMRC-Rabobank. Cette épreuve permettra d’encourager les initiatives des PME africaines dans le domaine agricole.

            Pour rappel, c’est depuis 2009, que ce forum a eu lieu au Cap, en Afrique du Sud. L’année suivante, il s’est tenu à Kampala, en Ouganda. En 2011, les dirigeants, les opérateurs agricoles du continent, les institutions de recherche du secteur, et autres industriels, ainsi que les organisations de la société civile chargées de l’encadrement des paysans, se sont retrouvés à Johannesburg en Afrique du Sud. Et c’est en 2012 que Dakar, au Sénégal, a abrité les assises de cette rencontre africaine. L’année passée, le forum  s’est déroulé à Kigali au Rwanda.

            Parmi les critères qui ont présidé au choix de la RDC pour l’organisation de ce forum, il y a entre autres, la croissance économique enregistrée en 2013, son PIB qui devrait augmenter de 8,7 %, ses ambitions affichées dans le secteur agro-alimentaire, l’appui des partenaires techniques et financiers et surtout, ses énormes potentialités qui en fait un géant d’Afrique et un futur pool de croissance pour l’Afrique centrale. Le Premier ministre Augustin Matata a lancé d’importantes mesures visant à donner à la RDC, le statut de pays émergent en 2030, avec à la clef, la lutte contre la corruption qui a gangrené les institutions pendant des décennies, et à laquelle le gouvernement livre une guerre impitoyable.                                                                                                                                         J.R.T.  

LEAVE A REPLY

*