L’agence TMB de l’Hôtel Memling attaquée par des bandits

0
143

 

Le banditisme urbain vient de prendre des proportions inquiétantes dans la ville de Kinshasa où l’on ne cesse d’enregistrer un nombre élevé d’agressions, des braquages et des cambriolages. Le taux de criminalité est monté de plusieurs crans. Ainsi, après l’extorsion des véhicules, des téléphones cellulaires et de quelques économies, comme il faudrait le relever, les malfaiteurs n’hésitent pas à cibler actuellement les banques commerciales, les stations d’essence, les maisons de communications et les cambistes.

Samedi 2 février 2013, en plein centre-ville, une bande des malfaiteurs a frappé l’agence de Trust Merchant Bank de l’Hôtel Memling. Entre 13 et 14 heures, cette succursale de TMB venait de servir ses derniers clients. Au moment où ces clients s’apprêtaient à embarquer trois sacs contenant des devises  dans leur véhicule, et où les agents bouclaient la comptabilité pour les opérations du jour, cinq éléments armés, habillés en tenue militaire et venus à bord d’une voiture Mercedez Benz 190, immatriculée KN 3538 BN, de couleur bleue, débarquaient en catastrophe. Ils ont encerclé les victimes qui ne pouvaient pas bouger, de peur de se faire abattre. Vigilants, les policiers de la brigade de garde commis à la surveillance des agences de banques commerciales sont allés s’armer. D’où il y a eu un violent accrochage. Crépitements nourris d’armes à feu. Pendant que les assaillants remontaient dans leur véhicule, ils ont essuyé des coups de balle des policiers. Bilan, des assaillants blessés et un tué. Sur le champ, toute la police alertée répercutait le message de cette agression avec leur signalement à travers son réseau de radiocommunication.

Quand  les badauds venaient s’informer sur les incidents survenus au Memling, les brigands avaient pris une destination inconnue. L’on apprendra qu’ils s’étaient dirigés par la suite, à Limete, où dans le quartier des Tropiques, sur avenue du 27 octobre n°834, ils ont braqué un avocat de renom, Me Michel Manzila Eboma et arraché sa jeep de marque Toyota Prado, portant plaques 6856 AG 01, de couleur blanche. Non loin de là, ces bandits ont embaqué leur butin et abandonné leur berline Mercedes Benz.

Dans cet engin, la découverte faite par les policiers des environs, fait frémir. On y a trouvé le corps inanimé d’un des malfaiteurs. Il a été identifié comme étant le caporal Tshovo Ngoy alias Kabose. Le corps sera acheminé à la morgue de l’Hôpital Saint Joseph de Limete. Outre cette découverte macabre, les enquêteurs de la police, ont saisi plusieurs effets militaires dont des armes, des chargeurs garnis et des tenues, ainsi que des effets qui appartiendraient à l’agence TMB ou à ses fonctionnaires.

Dimanche 3 février, la Prado a été retrouvée au croisement des avenues  de l’Université et Mbandaka, dans la commune de Makala.

Pour une certaine source, on croit savoir que les trois sacs contenaient le montant de près de deux millions de dollars. Chiffre qui n’a pas été confirmé par les responsables de TMB, encore sous le choc. On se rappellera que pas plus tard le 23 janvier 2013, une fourgonnette de cette banque avait été braquée le matin, au croisement des avenues colonel Ebeya et Wangata, par 8 hommes armés habillés en tenue militaire qui ont emporté une malle contenant une partie de la paie des policiers du Camp Lufungula.

Pour les observateurs, ces méfaits commis avec des armes de guerre, mettent à rude épreuve et testent l’efficacité du dispositif sécuritaire installé dans ces entreprises. On sait que la présence de quelques deux agents de sociétés de gardiennage, même rompus en karaté, Kung Fu et Ji Jitsu, ne suffit plus à dissuader les bandits qui eux, font usage des armes de guerre.    

Avec la recrudescence des attaques répétées et perpétrées dans les banques commerciales et les agences de transfert des fonds, la grande préoccupation du comité professionnel des banques doit être la recherche collective des solutions en rapport avec l’insécurité grandissante enregistrée ces temps derniers. Ce regain de banditisme dans la ville de Kinshasa, qui inquiète de nombreuses victimes et la société civile, au regard du nombre élevé des agressions, des cambriolages et des vols à main armée, a été l’un des points inscrits à l’ordre du jour de la réunion de la troïka politique. En effet, come il faudrait le relever, c’est depuis le premier semestre de 2012 que la pègre kinoise est revenue à la charge, après une période de grande criminalité.

Dans le lot, on cite pour nouvelles cibles, les stations d’essence, les banques commerciales et les agences de transfert de fonds. Entre autres, il y a eu le braquage de l’agence de Fibank de Lubumbashi, les agences de Western Union de l’avenue des Huileries, à Lingwala, de l’UPN à Ngaliema, les agences de Soficom au pont Kasa-Vubu, et de Raw Bank situé à la station d’essence Cobil, au croisement des avenues de l’Enseignement et Kasa-Vubu, et que savons-nous encore.    

Affaire à suivre !                                                                                          

Jrt

LEAVE A REPLY

*