L’Afrique pose les jalons de la Zone de Libre Echange Continentale

0
78

Le Champion de la Zone de Libre Echange Continentale (ZLEC) dans le
secteur du commerce intra-africain, et actuel président de la
République du Niger, Mahamadou Issoufou, a appelé les ministres
africains du commerce, lors de l’ouverture d’une conférence tenue dans
son pays du 15 et 16 juin 207, à Niamey, à accélérer l’adoption d’un
texte réglementaire qui devrait servir de base à la mise en oeuvre de
cette structure continentale.

Ce voeu du président du Niger était exprimé à l’occasion de la
cérémonie d’ouverture, le jeudi 15 juin au Palais de Congrès de
Niamey. C’était en présence de plusieurs hôtes de marque, des experts
du commerce et des communautés régionales, notamment la CDEAO
(Communauté Développement Economique et Douanière des Etats de
l’Afrique de l’Ouest), de la SADC (Communauté de Développement de
l’Afrique Australe), de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de
l’Afrique Centrale), etc.
L’on a noté également parmi les invités de marque le Commissaire du
Commerce et de l’Industrie de l’Union Africaine, l’Ambassadeur Albert
M. Muchanga. En ce qui concerne la République Démocratique du Congo,
elle était représentée par le ministre d’Etat et ministre au Commerce
Extérieur, Jean Lucien Busa, qui était à la tête d’une équipe
d’experts.
Devant la nombreuse assistance où on a comptait 19 ministres, le
Président du Niger a émis le vœu de voir les participants ficeler des
résolutions pertinentes devant sous-tendre favoriser des négociations
futures entre Etats Africains intéressés par le projet de création
d’une Zone de Libre Echange Continentale au sein de l’Union Africaine
et favoriser ainsi des réductions tarifaires entre ses membres.
Mais avant cela, la conférence des ministres du Commerce a été
précédée de trois réunions tenues du 5 au 10 juin 2017 dans la
capitale nigérienne. Il y a eu ensuite le Forum National ayant
regroupé de hauts fonctionnaires en charge du commerce du 12 au 14
juin 2017 et enfin de la Réunion des ministres africains du Commerces
du 15 au 16 juin 2017.
Il faudrait signaler que les différentes parties prenantes à ce
processus ne se sont pas encore accordées autour de divers points
essentiels en vue d’adopter un texte définitif qui devrait servir de
base juridique au fonctionnement de la Zone de Libre Echange
Continentale (ZLEC). En attendant d’en arriver, un draft est déjà
élaboré ainsi qu’un calendrier qui définit un certain nombre d’étapes
à suivre avec des dates précises avant la finalisation du document
définitif.
Mahamadou Issoufou a aussi à l’occasion rappelé que l’Afrique avait
déjà élaboré le cadre stratégique de son développement pour l’Agenda
2063, qui détermine la marche à suivre pour son intégration économique
et sa croissance.
Parmi les objectifs à atteindre, il y a ceux consistant à construire
une Afrique prospère et intégrée, avec une croissance économique
durable ; une Afrique pratiquant une démocratie réelle, dans la bonne
gouvernance et le respect strict des droits de l’homme et de l’Etat de
droit. Il en a appelé à l’avènement rapide d’une Afrique de paix, de
sécurité, qui s’appuie sur les potentialités de ses hommes, femmes et
enfants. Enfin, il a fait part à tous de son rêve d’une Afrique unie
et influente sur la scène internationale.
Profitant de la même tribune, le Président du Niger a rappelé à
l’assistance que c’est le Président Alpha Condé de Guinée, actuel
président en exercice de l’Union Africaine, qui lui avait confié la
responsabilité d’assurer le processus de mise en œuvre de la Zone de
Libre Echange Continentale et d’en assurer la promotion.
Mahamadou Issoufou a admis qu’il s’agissait pour lui d’une lourde
responsabilité et d’un engagement d’envergure pour l’exécution d’une
tache à la fois historique et profitable à tous les peuples africains.
D’où, il a estimé que le projet de la ZLEC, une fois mis en œuvre,
devrait contribuer à arrêter freiner et plus éradiquer le phénomène de
migration illégale vers l’Europe et d’autres continents.
Le président du Niger a aussi souligné qu’une bonne mise en œuvre de
la ZLEC aura comme retombées positives la ruée de nombreux
investisseurs vers l’Afrique, ce qui devrait favoriser la création des
milliers d’emplois pour de nombreux jeunes, terriblement tentés actuel
par l’exil vers d’autres cieux, ainsi que la création des richesses
pour de nombreux emplois.
Enfin, Mahamadou Issoufou a conclu qu’il était important de mettre en
place un protocole consensuel d’ici fin décembre 2017, de manière
améliorer la compétitivité, l’investissement et l’accès aux différents
marchés continentaux.
Intervenant à son tour, le Commissaire du Commerce et Industries de
l’Union Africaine, Albert M.Muchanga, a encouragé les Etats membres à
faire le choix du projet de la ZLEC pour créer un fondement crédible à
l’érection d’un marché commun entre Africains. Il a assuré
l’assistance que l’UA continuera à déployer ses efforts pour trouver
des moyens financiers suffisants en faveur des négociateurs de la
ZLEC. Mais avant cela, il a profité de cette opportunité pour inviter
le Président M.Issoufou Mahamadou à bien vouloir l’accompagner dans le
cadre d’une délégation qui va se rendre très prochainement en Chine,
en vue d’expliquer à cet Etat partenaire de l’Afrique le projet
d’établissement de la ZLEC.
Melba Muzola, Envoyée spéciale à Niamey