L’absence de la «Normalisation» expose les Congolais

0
52

A l’initiative du CRTL (Centre de réflexion sur les techniques de laboratoire), les professionnels de laboratoire se sont retrouvés en atelier de formation en la salle Kaizen de la Clinique Ngaliema, le samedi 25 février.
Le thème du jour pour cette énième séance de formation était axé sur la microscopie médicale.
Avant d’entretenir les participants sur les différents aspects du microscope, ceux-ci ont suivi un exposé sur la Métrologie et la Normalisation, deux outils indispensables pour un développement durable.

Fait par le président de l’APROMEN (Association pour la promotion de la métrologie et la normalisation en RD Congo), cet exposé a beaucoup aidé à comprendre le bien-fondé de ces notions de sécurité de vie d’application dans tous les pays modernes, mais que la RDC tarde à observer on ne sait pour quelle raison.
Expliquant l’importance de ces notions de sécurité pour l’homme et l’environnement, l’orateur a défini la Normalisation comme une technique qui procède de la tendance naturelle  de toute société humaine consciente à trouver les données de référence (norme) résultant d’un choix collectif raisonné en vue de servir de base d’entente pour faire face aux problèmes répétitifs  et enjeux potentiels, quel que soit le domaine d’activités.

Autrement dit, la Normalisation est l’activité qui consiste à élaborer, diffuser et mettre en œuvre les normes. Elle est organisée aux niveaux international (ISO : organisation internationale de normalisation), régional (CEI) et national.
Selon ISO et CEI, la normalisation est un document technique de référence accessible ou public, établi par consensus, qui fournit pour des usages communs et répétés des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques pour des activités ou leurs résultats garantissent un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné et approuvé par un organisme  de normalisation.
Pour sa part, la Métrologie en tant que science de la mesure, se définit comme l’ensemble des techniques, savoir-faire et même l’art permettant d’effectuer des mesurages et d’avoir une confiance suffisante dans leurs résultats.
En rapport avec la métrologie, a-t-on appris, la convention du mètre comme unité de mesure de longueur a été signée le 20 mai 1875 par 17 pays.

Par ailleurs, l’Apromen qui fait le plaidoyer pour la connaissance de la Normalisation et la Métrologie par les Congolais, fustige le manque d’intérêt dont l’Etat congolais fait montre en ce qui concerne l’application des normes presque dans tous les domaines de la vie nationale.
Conséquences de la non observance des normes : on assiste toujours à des crashes d’avions, accidents de circulation dus au mauvais état des véhicules, etc.
Pire encore, des produits hors délai de consommation sont de temps en temps déversés sur le marché !
Certaines autorités, notamment le ministre de l’Economie nationale (octobre 2011) et le président du Sénat (2010) avaient souligné la nécessité d’instauration de la normalisation et de la métrologie en République démocratique du Congo.

Dom

LEAVE A REPLY

*