L’abbé Tataa Mbo conduit à sa dernière demeure

0
98

 L’abbé Charles Tataa Mbo Monsengo, curé de la paroisse Saint Alphonse de Matete, a été inhumé le samedi 5 février 2011 au cimetière diocésain du grand séminaire Saint Kaggwa, à Kintambo Jamaïque. La cérémonie d’inhumation a été présidée par l’abbé Léonard Santedi, secrétaire général de la Cenco, et l’abbé Bobo, président du clergé de Kinshasa.
 L’archidiocèse de Kinshasa avait annoncé  sa mort  le mercredi 2 février  2011 à l’hôpital Saint Joseph, mais le communiqué de l’archidiocèse n’indique rien sur la cause de la mort. La thèse d’un empoisonnement était sur toutes les lèvres au cimetière diocésain.
 Les chrétiens de Kinshasa qui avaient eu comme curé ou vicaire dans leurs paroisses étaient venus nombreux à  la veillée de prière organisée à la paroisse Saint Alphonse de Matete, le jeudi 3 février. Cette veillée de prière a été marquée par une forte présence des fidèles de Saint François de Sales de Kintambo où il est resté curé pendant près de 8 ans.

 Après la levée du corps de la morgue de l’hôpital Saint Joseph le vendredi 4 février 2011, il y a eu exposition  à la paroisse Saint Alphonse où une messe a été dite  et suivie de la veillée mortuaire. C’est au même endroit que le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a célébré le samedi 5 février 2011, la messe des funérailles. L’archevêque de Kinshasa n’a pas manqué de louer les qualités d’un pasteur simple et ouvert de ce prêtre.
 Né le 30 mars 1956, l’abbé Charles Tataa Mbo Mosengo a été ordonné prêtre le 1er août 1986 par le cardinal Albert Malula. Ce prêtre dont la paroisse Saint Michel de la commune de Bandalungwa était sa paroisse d’origine était dans une promotion de 16 abbés.
 Au cimetière diocésain, rares étaient les fidèles de Saint Michel. Par contre ceux de Saint François de Sales et de Saint Paul à Barumbu étaient  en grand nombre pour rendre un dernier hommage à Charles Tataa Mbo. Même des chrétiens des paroisses lointaines, comme Saint Gyavira de la commune de Ngaliema étaient là.
 L’abbé Charles Tataa Mbo n’abandonnait pas les couples qu’il unissait par le lien de mariage. Il les réunissait régulièrement dans une structure dénommée « Clan Tataa Mbo ». Une rencontre d’échange des vœux de ce clan était même programmée pour cette semaine, mais comme le parrain n’est plus là, sa tenue devient hypothétique. « L’habit que je porte a été cousu pour cette rencontre, mais je pense qu’elle n’aura plus lieu », nous a dit Ferdinand de Saint François de Sales habillé d’un pagne aux motifs chrétiens.
 « Il a beaucoup soutenu les orphelines, » nous a dit Amina, une étudiante de l’Ifasic et fidèle catholique de la paroisse Saint Paul de Barumbu. Elle était au cimetière diocésain avec sa mère et ses sœurs.
 Il n’y avait pas que des fidèles au cimetière diocésain. Il y avait aussi de nombreux prêtres et parmi eux, son prédécesseur à Saint François de Sales, l’abbé Noël, et son successeur, l’abbé Bavon. Outre les prêtres et les fidèles, on a noté la présence du comédien Sai Sai, un natif de Kintambo.
Adieu, Monsieur l’abbé Tataa Mbo.
Jean- René
Bompolonga

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

*