L’AADI soutient les Concertations

0
43

1236988_436383149804083_1767504038_nDans une déclaration politique datée du 13 septembre 2013 et signée respectivement par Pierre Mayemba (président) et Mvemba (par ordre pour le Secrétaire général Tsangu Nsafu), l’AADI (Alliance des Animateurs pour le Développement Intégral), affirme son soutien total aux Concertations nationales et à leur initiateur, Joseph Kabila. Cette formation politique retient cinq axes pour diagnostiquer le mal congolais et ainsi que cinq pistes de solutions : 1. Gouvernance ; 2. Economie et finances ; 3. Désarmement ; 4. Décentralisation ; 5. Sécurité.

S’agissant de la gouvernance, l’AADI estime que celle-ci dépend du mode d’accession au pouvoir, représenté par l’organisation d’élections démocratiques et transparentes. Ainsi, la démocrate est l’unique valeur susceptible d’impulser la bonne gouvernance, laquelle suppose le fonctionnement correct des cours et tribunaux ainsi que de la Cour des Comptes, la dépolitisation des services de renseignements et de l’armée.

           Au plan de l’économie et des finances, ce parti suggère une profonde réforme agraire, afin de relancer la production intérieure, notamment en matières d’agriculture, de pêche et d’élevage, et permettre au trésor public congolais de faire d’épargner d’importantes masses de devises dépensées dans les importations alimentaires. L’Etat propriétaire devrait aussi jouer la carte de la transparence dans les politiques de réformes de ses poules aux œufs d’or que sont les entreprises publiques et non pas laisser leur gestion à un groupe d’initiés.

            Au chapitre ultra-sensible du désarmement, l’AADI préconise l’éradication de toutes les forces négatives, par les armes ou la persuasion. Mais, pour garantir le succès d’une telle opération, le gouvernement devrait prévoir des mécanismes de réinsertion sociale pour les membres des groupes armés nationaux ainsi que les miliciens souvent à la base des conflits communautaires. Afin de mettre un terme définitif aux invasions à répétition du territoire national par les armées étrangères et rébellions instrumentalisées par des pays voisins, en appelle à la mise en place, dans les dix années à venir, d’une armée nationale capable de se faire respecter par celles des Etats limitrophes, à l’image des ex-FAZ.

            Quant à la décentralisation, l’AADI la perçoit comme la source d’épanouissement du citoyen congolais, à condition que soit respectée la sphère de compétences entre le pouvoir central et les exécutifs provinciaux. A son avis, chaque entité de base (commune, secteur, quartier, village) devrait avoir son plan de développement.

            Enfin, dans le domaine de la culture, ce parti décrète la dissolution pure et simple de la Commission de censure, car incapable d’éradiquer l’obscénité dans les œuvres et clips musicaux et son remplacement par une nouvelle structure devant comprendre les ministères de l’Education, de la Culture et Arts ainsi que celui de l’Intérieur.

                                    Kimp

LEAVE A REPLY

*