La VSV invite les politiciens à l’humilité face aux souffrances de la Nation

0
23

            Face aux rudes empoignades qui se profilent à l’horizon des Concertations nationales inclusives ou du Dialogue national inclusif entre les tenants de l’Opposition politiques et ceux de la Majorité au pouvoir dans notre pays « La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (V.S.V.) » a recommandé à la Majorité au pouvoir de ne pas s’auto-suffire et d’écouter les points de vue divergents de l’Opposition politique ou de la Société civile en organisant, sans crainte de partage du pouvoir, des Concertations nationales inclusives ou Dialogue national inclusif. Eklle lui demande de ne pas gonfler inutilement le nombre de participants issus des institutions de la RDC et autres aux seules fins de saigner le trésor public au profit de perdiem et autres frais  liés à ces assises et de s’abstenir de déverrouiller l’article 220 de la Constitution pour cimenter la cohésion nationales et contribuer à la consolidation de la Démocratie dans notre pays.

            La VSV a recommandé en même temps à l’Opposition politique d’écouter aussi la Majorité au pouvoir et d’éviter de croire qu’elle détient seule la solution magique aux problèmes de paix, de la sécurité et de la  gouvernance démocratique en RDC ; de ne pas viser le partage du pouvoir au risque de reléguer au second plan l’objectif de ces assises et de parler d’une seule voix, comme l’intérêt supérieur de la Nation l’exige.

            Toutes ces recommandations ont été faites à l’issue d’un point de presse axé sur le thème : «La VSV face aux enjeux politiques de l’heure en RDC», tenu le mardi, 16 juillet 2013, au siège de cette organisation dans la commune de Ngaliema. A cette occasion, Rostin Manketa, directeur exécutif adjoint de la VSV a présenté la prise de position de la VSV. Selon le Dialogue national ou Concertations nationales voulus franc et inclusif par l’ensemble de la population congolaise est sur le point d’être torpillé par des agenda cachés des acteurs politiques, toutes tendances confondues.

            Rostin Manketa et Dolly Ibefo, directeur exécutif de la VSV, ont énuméré plusieurs questions qui tourmentent la Nation congolaises et méritent par conséquent une attention soutenue des politiciens : guerres incessantes à l’Est depuis 1997 jusqu’à ce jour, entraînant un déplacements massifs des populations forcées à l’errance ; les viols des femmes, filles et enfants ; l’exploitation illicite et le pillage des ressources naturelles et autres richesses. En plus, dimanche 14 juillet 2013, il a eu  la reprise des affrontements entre M23 et FARDC, au Nord Kivu, avec des dizaines de morts. Au même moment, les Bakata Katanga sèment la désolation au Katanga, en violant, tuant et massacrant des populations ; en incendiant les villages sans qu’aucune enquête digne de ce nom n’ait été diligentée et aucune interpellation, ne fût ce qu’à titre préventif, des personnes dont les noms et fonctions ont été cités et publiés dans la presse. Cela, pour la VSV, consacrent la force des personnes dites intouchables et l’impunité en RDC.

SAKAZ 

LEAVE A REPLY

*