La VSV inquiète de la récurrence des attaques des sites stratégiques

0
20

vsvLa Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (V.S.V.) a exprimé ses vives inquiétudes consécutives à la récurrence des attaques et infiltrations des sites stratégiques de Kinshasa, capitale de la RDCongo, dont la dernière en date est la « tentative d’infiltration » qui s’est produit le mardi 22 juillet 2014, vers 14h00, au Camp Colonel Tshiatshi de la Garde Républicaine (G.R.). Elle s’est exprimée à travers son 1er secrétaire exécutif, RostinManketa, qui a tenu pour ce faire un point de presse, hier mercredi, 30 juillet 2014, à son siège de la commune de Ngaliema. Plusieurs activistes des droits de l’homme se sont retrouvés aux côtés des chevaliers de la plume en cette circonstance.

            La VSV souligne que cette tentative d’infiltration du Camp militaire Colonel Tshiatshi rappelle les attaques de la résidence du Chef de l’Etat le 27 février 2011 et celles du 30 décembre 2013 des sites stratégiques à Kinshasa, notamment le siège de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), l’Etat major des Forces Armées de la RDC (FARDC) et l’Aéroport international de Ndjili ; à Lubumbashi, province du Katanga et à Kindu, province du Maniema. Ces attaques avaient occasionné des dizaines de morts, de nombreux blessés, des rançonnements, des extorsions des biens de plusieurs personnes, des atteintes à la libre circulation des personnes et des biens, la terreur semée dans certains quartiers et parcelles avec des tirs nourris sous divers prétextes avaient provoqué des traumatismes dans la population. Des blessés et des morts étaient enregistrés non seulement parmi les assaillants, mais aussi parmi les militaires et dans la population innocente.

            RostinManketa et la VSV regrettent chaque fois la carence d’information qui entoure et suit ces tragédies. Selon les milieux où l’on se trouve, des versions divergent : d’aucuns pensent qu’il s’agirait d’une mise en scène orchestrée par les autorités politiques pour dissuader quiconque qui s’aventurerait à s’attaquer aux institutions de la République ; d’autres parlent des montages du genre de la 2ème République pour distraire la population et l’empêcher de se concentrer sur des questions de gestion du pays et son avenir. Pour d’autres encore, il s’agirait bel et bien des attaques des personnes cherchant à déstabiliser les institutions du pays et le pouvoir en place.

Faits troublants : la facilité des attaques sur les sites et le manque d’information crédible

            La VSV a fait remarquer un fait troublant : la facilité avec laquelle les assaillants ont atteint les objectifs ; ils se sont retrouvés à l’entrée principale du Camp Tshiatshi, sans que les services de sécurité civile et militaire – semble-t-il – n’en soient alertés. En plus, les résultats d’enquêtes promises pour apporter à la population la vraie information, ne fût-ce sur l’identité des assaillants et leurs complices ne suivent pas jusqu’à ce qu’un autre incident se produise. Uniquement pour la tentative d’infiltration du Camp Tshiatshi, de nombreuses versions, y compris celles de certains officiels ont parlé des « assaillants armé ; des inciviques armés des machettes, des couteaux et des pistolets ; des Enyele qui ont tenté de libérer les leurs ; des bandes d’inciviques ; un groupe d’incivique qui a tenté de créer l’insécurité dans la Ville, etc. » Quat au bilan de cette tentative, la VSV avance les chiffres de 7 assaillants tués, deux blessés et un militaire ayant succombé à ses blessure à la machette. A ce bilan, la VSV a ajouté des nombreux blessés au sein de la population.

            Ces violations massives des droits humains a conduit cette organisation à lancer un appel aux autorités du pays et particulièrement au Président de la République, garant de la Nation, de s’investir personnellement pour qu’une enquête réellement indépendante soit diligentée pour établir les responsabilités des uns et des autres et que des sanctions et mesures appropriées soient prises pour éviter la récurrence de ces attaques.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*