La VSV et la CENI invitent les Congolais à s’approprier le calendrier électoral

0
34

Ceni_1 (1)Invités par la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV), deux membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à savoir, Maître Noël Kaputu et Dellion Kimbulungu, respectivement membre de la plénière en charge de « Elections et Droits de l’Homme » et conseiller en charge de la communication, sont arrivés pour débattre avec les représentants des Comités Droits de l’Homme (CDH/VSV) dans les communes de la capitale de plusieurs questions touchant au processus électorale. Le thème choisi pour la circonstance était : « Processus électoral : les contraintes externes liées à la mise en œuvre du calendrier électoral global 2015-2016, sont-elles une opportunité ou un obstacle à la réussite du processus électoral en RD Congo ».

Les débats avaient eu lieu hier mardi, 31 mars 2015, dans la deuxième salle de conférence du Centre culturel du Collège Boboto, dans la commune de la Gombe. Pour la VSV, l’organisation de cette activité est une occasion propice de sensibiliser ses nombreux membres des CDH/VSV, disséminés à travers les vingt-quatre communes de la Ville-Province de Kinshasa, à l’accompagnement du processus électoral. Avec toute la prudence indispensable que cela nécessite, Dolly Ibefo et Rostin Manketa, respectivement directeur exécutif et directeur exécutif adjoint de la VSV – présents sur le podium – ont invité à cette occasion tous les Congolais à soutenir le calendrier électoral global, en gardant les yeux bien ouverts en vue de faire le monitoring au quotidien de la mise en œuvre dudit calendrier. Ils se disent convaincus que le respect des Droits humains est intimement lié au respect des règles démocratiques et que l’échec du processus électoral en RDC serait l’occasion des violations massives des droits humains. Ils ont demandé aux autorités congolaises de mettre à la disposition de la CENI les moyens financiers nécessaires pour l’aboutissement de ce processus.

Prenant la parole en prime, Me Noêl Kaputu a exposé devant les participants les contraintes externes auxquelles son institution est confrontée. Il a énuméré les contraintes légales (production des lois nécessaires au bon fonctionnement de la CENI par le législateur), financières, de recrutement d’un personnel qualifié, de formation de ce personnel, de découpage territorial, de l’établissement d’une cartographie précise des limites des circonscriptions électorales et de circonscription électoral, etc. Toutefois, a-t-il encore noté, certaines de ces contraintes ont été déjà résolues ou sont en passe de l’être. C’est le cas notamment du vote des lois qui permettent actuellement à la CENI de fonctionner. C’est aussi le cas de la formation du personnel, déjà terminée au niveau national et en cours au niveau provincial. En outre, pour un meilleur recrutement du personnel en dehors de toutes pressions et recommandations, la CENI a responsabilisé «CADICEC» un organisme catholique, spécialisé pour ce travail et qui n’aura qu’à remettre les agents répondant aux profils définis. Enfin, il a exhorté tous les Congolais à croire en l’aboutissement de ce calendrier électoral qui n’a pas été établi par hasard. En plus, il a assuré que l’élection présidentielle aura lieu dans le délai prévu par ce calendrier.

Par contre, Dellion Kimbulungu a étalé devant ses hôtes du jour, les diverses étapes obligatoires que le processus électoral se doit de réaliser ou par lesquelles il doit passer : la formation à tous les niveaux, tant national, provincial que local ; la fiabilisation du fichier électoral, la localisation des électeurs et des listes électorales, l’augmentation du nombre des bureaux de vote et d’antennes de la CENI etc.
SAKAZ