La VSV demande à la CEI de revoir son calendrier électoral

0
21

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) exprime ses inquiétudes consécutives à la non prise en compte des aspirations de la population congolaise par la Commission Electorale Indépendante (CEI) dirigée par monsieur l’Abbé Apollinaire MUHOLONGU MALUMALU et jadis accusée de partialité, lors des élections de 2006 organisées en RDCongo.

            La VSV est au regret de constater que le calendrier sur le processus électoral, qui surprend plus d’un congolais, s’étale sur une longue période allant de 2010 à 2013 au moment où les Congolaises et congolais désillusionnés et déçus par le comportement des élus actuels attendent impatiemment la tenue de toutes les élections en 2011.

La CEI vient, par son calendrier électoral, publié lundi 09 août 2010, allonger la liste de violateurs de la Constitution de la République Démocratique du Congo qui, en son article 73, stipule : « Le scrutin pour l’élection du président de la République est convoqué par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), quatre-vingt dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Ce qui veut dire que la convocation du premier tour de l’élection présidentielle aurait due être fixée au plus tard le 06 septembre 2011, en lieu et place du 27 novembre 2011. 

Ce énième coup de force de la CEI prouve une fois de plus le manque de volonté politique pour des élections libres, crédibles et transparentes attendues par la population congolaise. 

Tout compte fait, l’opinion publique s’interroge sur le vrai mobile du renvoi des élections urbaines, municipales et locales en 2012 et 2013 alors que la CEI ne s’est jamais rattrapée pour les mêmes élections prévues pour la législature en cours. Aussi l’opinion publique craint-elle sur la matérialisation effective desdites élections. 

Logiquement, la CEI devrait se ressaisir si elle était de bonne foi, du retard enregistré par rapport au processus électoral inachevé en 2006, en organisant les élections précitées pour garantir, entre autres une administration de proximité et surtout l’indépendance des élus locaux vis-à-vis du nouveau Président à élire en 2011. 

Le calendrier présenté par la CEI suscite donc des inquiétudes quant à la transparence et à la crédibilité des élections à venir et porterait de fortes présomptions de germes de conflits électoraux avant même leur organisation et tenue.

Aussi, eu égard à ce qui précède, et compte tenu du manque de confiance de la majorité de la population congolaise en la CEI dans sa configuration actuelle, la VSV exige :

– La révision, par la CEI, de son calendrier électoral en commençant par les élections locales, municipales et urbaines longtemps promises pour enfin chuter sur les autres élections (législatives, présidentielles…) en 2011 ;

– I’installation rapide de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ;

– le choix de nouveaux animateurs de la CENI par les plates-formes concernées en respectant des critères tels que l’indépendance d’esprit, l’intégrité morale, la compétence, etc. 

Fait à Kinshasa, le 10 août 2010 

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV)

 

LEAVE A REPLY

*