La Société civile congolaise séduite par l’expérience béninoise

0
44

L’élection présidentielle de 2006 et les incidents malheureux qui ont émaillé la publication des résultats, sont encore frais dans les mémoires des Congolais, au point que beaucoup ne souhaitent pas revivre cette tragique expérience pour l’élection présidentielle de novembre prochain.

Au Bénin, s’il y a eu des élections apaisées qui n’ont pas souffert de contestations majeures, c’est surtout grâce à l’action efficace et soutenue des observateurs électoraux, membres de la société civile, à travers un réseau dénommée «Fors elections», ainsi que des journalistes déployés sur tout le territoire national.
Deux techniciens béninois, Orden Alladatan et Julien Oussou, ont partagé cette expérience, la semaine dernière, avec des membres de la société civile congolaise et quelques médias, dans le cadre d’un atelier de renforcement des capacités organisé par la Composante redevabilité externe, avec la collaboration de Renadhoc, et le financement de la Coopération britannique.

A la base de la réussite de cette expérience, il y a le « Village électoral », une structure privée créée et gérée entièrement par la société civile. Dans ce village électoral, les principes de base sont l’engagement personnel, l’efficacité et l’intégrité, conjugués avec un sens élevé de patriotisme. C’est au fait plusieurs bureaux disposant d’un matériel rudimentaire et dont l’interconnexion par internet et les liaisons téléphoniques sont assurées 24 sur 24. Le travail de ces bureaux commence avec l’ouverture des bureaux de vote et ne se termine qu’à la clôture, après que tous les plis aient été envoyés aux centres de dépouillement.
Les observateurs de la société civile ont pour tâches essentielles de faire le monitoring des élections du début jusqu’au jour de la proclamation résultats provisoires.

Cette sécurisation s’entend comme la sécurité des électeurs, des candidats, des partis politiques, des sièges, des partisans et des leaders. Ensuite, c’est la surveillance des scrutins comprise comme le relevé de toutes les opérations de vote et tous les résultats, bureau par bureau.
Rien ne doit échapper à l’œil vigilant aussi bien des observateurs que des journalistes, devenus des témoins privilégiés d’un processus électoral qu’ils se sont appropriés.
C’est à partir de différents relevés que Fors elections a pu donner les tendances dans telle ou telle circonscription électorale, telle ou telle province. L’expérience béninoise du « village électoral » a séduit aussi bien les membres de la société civile congolaise que les journalistes qui en ont tiré beaucoup de leçons.

J.R.T.

LEAVE A REPLY

*