La Regideso soucieuse de répondre aux attentes de sa clientèle

0
559

regideso-statue2« L’eau, c’est la vie », dit-on. La planète entière a célébré la 23ème Journée Mondiale de l’Eau hier mardi 22 mars 2016, sous le thème : « l’eau potable et la gestion rationnelle des ressources ». La Régie de Distribution d’Eau (Regideso S.A) n’était pas en reste.

A cette occasion, elle a organisé  une journée « portes ouvertes » au complexe industriel de traitement et de production d’eau potable de N’Djili, situé à la 17ème Rue Limete. Cette célébration était placée sous le thème national : « Pour un accès durable et équitable de tous à l’eau potable en RDC ».

On a noté la présence, sur place, d’une forte délégation des abonnés de la Regideso et des élèves de la 6ème  année Biochimie du complexe scolaire Monseigneur Moke. Un seul discours était prononcé à cette occasion. C’était celui de Jacques Mukalay  Mwema, Directeur général de la Regideso. Il s’en est suivi la visite guidée des installations de traitement et de production de l’eau potable à Ndjili.

Dans son mot de circonstance, le directeur général de la Regideso a pris soin d’expliquer à l’assistance les différentes décisions prises, sur le plan mondial,  par les Etats pour garantir l’accès de tous et toutes à l’eau potable, afin de résoudre le problème de la desserte en eau potable dans le monde.

Pour répondre à cette préoccupation majeure, le n°1 de la Régideso a souligné que la RDC fait partie du programme  de développement durable à l’horizon  2030. Pour le volet « Eau »,  son entreprise poursuit aussi la vision mondiale qui est d’assurer l’accès universel et équitable de l’eau potable et des services d’assainissement et d’hygiène adéquats à des coûts abordables d’ici 2030. Pour une vie saine, il faut une eau de qualité, du processus de captage à son traitement, son transport et sa distribution aux consommateurs.

Des statistiques édifiantes

Transformée en entreprise commerciale, la Regideso a réalisé des prouesses au cours de cette dernière décennie ( 2005-2015). Et les statistiques indiquent que le taux d’accès à l’eau potable en milieu urbain s’est relativement amélioré, car, en 2005 ce taux d’accès à l’eau potable était  de 22% et en décembre 2015, il a été revu à la hausse avec 53%.

Ces résultats ont été produits grâce à la mise en œuvre du plan de stabilisation et de redressement initié par le gouvernement.  Dans  ce même chapitre, l’on note des réalisations telles que, l’acquisition de 250 mille compteurs dont 200 mille pour Kinshasa ; la rénovation de 4 stations de repompage d’eau ; la pose de 560 Km de conduites des réseaux primaires, secondaires et tertiaires ; l’exécution de 40. 500 branchements sociaux  et la construction de 205 bornes fontaines.

L’Eau de la Regideso réellement traitée

Au cours de la visite guidée, les abonnés et les invités ont palpé du doigt tous les produits utilisés par les experts de la Regideso dans le processus de traitement de l’eau avant la consommation. Ils utilisent le sulfate d’aluminium pour clarifier l’eau ; l’hydroxyde de calcium pour neutraliser l’acide produite le sulfate d’aluminium et
le chlore granulé et l’hypochlorique de sodium pour désinfecter l’eau. L’assistance repartie en trois groupes, a visité tour à tour, la « toure générale d’arrivée d’eau brute » ; le décanoteur  circulator qui a un débit de 1000 à 1200 m3 par heure et enfin le répartiteur aval.

La visite s’est achevée au laboratoire de l’usine où, les laborantins ont fait savoir à l’assistance qu’à chaque heure, ils font le prélèvement de l’eau traitée pour voir si les chimistes ont respecté les règles et normes de dosages de produits pour la consommation.

Au labo, on trouve les appareils tels que : les PH-mètre (pour mesurer le potentiel d’hydrogène qui est dans l’eau), le comparateur pour voir le taux de chlore dans l’eau traitée, le floculateur permet de déterminer la quantité de sulfate d’aluminium qu’il faut pour clarifier  1m3 d’eau brute. L’Etuve est utilisée pour la culture des
microbes, etc.

Appel à la conscience des consommateurs congolais
La Regideso n’a qu’une source de production d’argent, qui n’est autre
que « le payement des factures »  de consommation par les abonnés. A
cet effet, pour garantir un accès durable et équitable à l’eau
potable, tous les abonnés en retard de paiement, y compris l’Etat,
doivent s’acquitter promptement de leurs factures de consommations
d’eau, gage de la pérennité des services. La population doit éviter ou
dénoncer tout acte de vandalisme sur les réseaux et installations
d’eau. Les services spécialisés ainsi que les autorités
politico-administratives sont appelés à s’impliquer davantage dans la
protection des sites de captage de la Regideso, pour atténuer le
niveau de pollution de la ressource eau, et pour prévenir des
catastrophes liées à l’eau, notamment les inondations.
Le DG a clôturé son adresse en invitant les partenaires techniques
et financiers à consolider leur appui à la Regideso pour gagner le
pari de desservir 100% de la population à l’horizon 2030.
Dorcas NSOMUE