La Regideso interpellée : Kinshasa a soif

0
18

Dans un communiqué remis hier dimanche 07 août 2011, la Nouvelle Société Civile congolaise (NSCC) interpelle la Régideso au sujet des pénuries sèches et prolongées d’eau potable qui frappent des résidents de nombreux quartiers de la ville de Kinshasa. L’accès à l’eau potable est particulièrement pénible ces deux derniers mois. Des millions de Kinoises et Kinois sont écoeurés, à cet effet, par le spectacle des femmes, filles et garçons allant dans tous les sens, armés de bidons vides, à la recherche du précieux liquide.

De messieurs respectables n’hésitent plus à mettre leurs véhicules à contribution pour le transport, au quotidien, des bidons d’eau du centre-ville vers leurs communes de résidence. La location des pousse-pousse, pour servir la même cause, est devenue monnaie courante. Quant aux familles modestes, elles n’ont d’autre alternative que de se rabattre sur l’eau des puits et sources pollués de la périphérie de la ville, s’exposant ainsi à chaque seconde aux maladies d’origine hydrique (diarrhées, choléra) ainsi qu’à celles des mains sales (choléra, fièvre typhoïde).

Les abonnés de la Regideso aimeraient connaître le pourquoi de ces graves perturbations de la desserte en eau potable en cette période où les rivières qui traversent la ville paraissent ne pas souffrir, comme le fleuve Congo, de la baisse niveau de leurs eaux. On se souvient qu’il y a trois mois, une réunion d’urgence avait été convoquée par le Premier ministre au sujet des « délestages » en eau potable et électricité ayant atteint la cote d’alerte à Kinshasa. Depuis l’adoption des plans d’urgence en vue de remédier à la situation, le sentiment du moment est que des millions de consommateurs d’eau potable vivent le pire.

Kimp

LEAVE A REPLY

*