La RDC verrouille ses minerais

0
34

La RDC vient de réaliser un pas important dans la lutte contre l’exploitation illégale et le commerce illicite de ses ressources naturelles. Et ce, avec l’adoption hier, mardi 29 février 2012, dans la salle de réunions du Ministère des Mines, par les experts de 11 pays membres de la Conférence internationale pour la paix et le développement dans la région de Grands Lacs et ceux des partenaires traditionnels, du document de certification de l’exploitation, de l’évaluation et du contrôle des ressources naturelles dans cette région.

Pour le ministre des Mines, notre pays, longtemps objet de critiques négatives de la part des ONG internationales, a démontré là sa ferme volonté de lutter contre l’exploitation illégale de ses minerais et la contrebande. Contrairement à ce qui a été dit que la RDC ne fait pas beaucoup dans ce domaine.

Aujourd’hui avec le certificat régional de traçabilité, a indiqué Martin Kabwelulu, les questions de commerce illicite pourront connaître un début de solution. Car, du puits jusqu’au comptoir, ou du puits jusqu’à l’exportation, les minerais produits sur le sol congolais devront être couverts par un certificat à même d’en assurer la traçabilité. Ce qui permettra, comme on peut s’en féliciter, une rentrée importante de recettes au Trésor public et favorisera le développement de notre pays.

Enfin, le ministre des Mines s’est réjoui de réaliser qu’avec ce document sécurisé, les minerais de l’Est pourront redevenir utiles et rentables pour la population congolaise, mais pourront également servir désormais au développement de notre pays.
Baudouin Hamuli, coordonnateur de la Cirgl, a quant à lui, donné l’économie des travaux de cette réunion qui a permis l’adoption du certificat régional de traçabilité, ainsi que les quatre projets d’arrêtés ministériels relatifs aux mesures d’application de ce document.

Rappelons que la rencontre de Kinshasa, fait suite à la volonté des chefs d’Etat et de gouvernements de 11 pays membres de la Cirgl d’œuvrer plus efficacement à la paix, la sécurité, la stabilité et le développement dans la région de Grands Lacs, concrétisée par un pacte, dont la signature est intervenue le 15 décembre 2006. Ce pacte vise ramener l’entente, la paix et promouvoir le développement dans la région.
Dans l’un des dix protocoles, les Etats membres ont convenu dans le cadre de la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, de la mise en place d’un mécanisme régional de certification de l’exploitation, de l’évaluation et du contrôle des ressources naturelles dans la région. Six outils, comme il faudrait le rappeler, avaient été approuvés au cours de la réunion tenue à Lusaka, le 15 décembre 2010.
Entre autres, citons le mécanisme de certification régionale, l’harmonisation des législations nationales, la base de données régionales sur le flux de minerais, la formalisation du secteur minier régional, la promotion de l’Initiative de transparence dans l’industrie extractive ( ITIE) et le mécanisme d’alerte précoce.

        J.R.T.

LEAVE A REPLY

*