La RDC toujours dans l’oeil du cyclone

0
28

La présidente de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), Mme Reine Alapine Gansou avec une forte délégation des membres de son organisation séjournent actuellement dans la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa. Motif : évaluer la situation des droits de l’homme en République démocratique du Congo.
Pour cela, Mme Alapine Gansou et son « gouvernement » mènent des consultations avec toutes les couches de la société depuis leur arrivée à Kinshasa.
Elle a conféré respectivement avec le gouvernement par le biais du ministre de la Justice et des Droits humains, les parlementaires, les employés des organisations internationales en Rdc dont la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco), ainsi que des activistes des organisations de défense des droits de l’homme.

Le mardi 5 avril 2011, Reine A. Gansou et sa délégation ont échangé avec les responsables du RENADHOC (Réseau national des ongs des droits de l’homme au Congo) au siège de l’organisation sise dans la commune de Barumbu.
Dans son mot de circonstance, le secrétaire exécutif national ai du Renadhoc, Fernandez Murhola a brossé à l’occasion l’état actuel des droits de l’homme en Rdc. Un accent particulier était mis sur les cas d’assassinats des activistes des ongs de défense des droits de l’homme et des professionnels des médias devenus monnaie courante au Congo. Tout comme des procès en leur mémoire qui piétinent toujours sans suite.
Face à la situation, F. Murhola a exprimé le souhait de voir la CADHP s’impliquer dans le sens de soutenir des ongs congolaises qui militent pour le respect des droits humains.
Car, selon lui, le rapport Mapping sur des violations des droits humains en Rdc est une illustration de l’institutionnalisation de l’impunité au Congo.

«Je suis venue rendre hommage à F. Chebeya »

Prenant la parole, la présidente de la Commission des droits de l’homme et des peuples de l’Union Africaine a indiqué qu’elle porte toujours une attention soutenue sur la situation des droits de l’homme en Rdc.
Avant de déclarer que : « je suis venue rendre hommage à Floribert Chebeya. En outre, elle a affirmé avoir vécu personnellement plusieurs cas similaires à l’assassinat de Chebeya en Rdc. Dans la foulée, elle a énuméré les assassinats de Pascal Kabungulu, Franck Ngyke, Serge Maheshe, Didace Namujimbo, etc.
Ayant connu des perturbations dans son calendrier pour Floribert Chebeya et son compagnon Fidèle Bazana, il était normal pour elle de leur rendre hommage.
Elle a, à l’occasion, renseigné qu’elle venait d’avoir plusieurs contacts avec notamment des officiels ainsi que des acteurs de la société civile. Et que ceux-ci devaient continuer ou être élargis à toutes les couches sociales.

Il était prévu dans son programme, la visite de quelques lieux de détention à Kinshasa.
La commissaire présidente de la CADHP Reine Alapine Gansou était accompagnée d’une forte délégation composée des commissaires de différents domaines de sa structure. Ceux-ci proviennent de beaucoup de pays africains, en l’occurrence Nigéria, Cote d’Ivoire, Gambie, Ghana, Tunisie, Rwanda, Mali, etc.
Il sied de rappeler qu’une autre délégation, en l’occurrence celle du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’homme venait d’effectuer une visite similaire à Kinshasa en vue de s’enquérir de la mise en œuvre des recommandations relatives au rapport Mapping sur les violations des droits de l’homme en Rdc.
Elle avait aussi effectué la même ronde des consultations.

Dom

LEAVE A REPLY

*