La RDC se dote d’une stratégie d’intégration du «genre»

0
418

inagozi_installee_ministreLe ministère du Genre, Famille et Enfant vient d’organiser un atelier « de validation de la stratégie d’intégration du genre dans les politiques et programmes du développement en République Démocratique du Congo», grâce au financement du  Programme des Nations Unies pour le Développement. La cérémonie d’ouverture a eu lieu mercredi 28 août 2013, dans la salle des réunions du  Résidence Williams dans la commune de la Gombe. Elle était présidée par  Banza Mukalay, le ministre de la Jeunesse, Sport, Culture et Art, représentant Geneviève Inagosi, ministre du Genre, de la Famille et de l’Enfant.

Ces assises de trois jours (du 28 au 30 août 2013) ont pour objectif de permettre à la RDC de mettre  en place certaines mesures sur le respect et l’égalité des sexes dans les institutions  et dans la société.  Trois personnalités sont montées à la tribune à cette occasion. Elles ont invités les participants à être dynamiques. Car, les résolutions qui sortiront de ces assises serviront de soubassement à l’élaboration du plan stratégique des années prochaines.

C’est depuis 2004 que cette stratégie était élaborée. Cependant, sa mise en application a connu quelques limites. Raison pour laquelle, une commission a été mise en place pour faire l’audit genre dans les institutions et organismes publics comme privés en 2011. Et, les résultats de cette enquête ont été revisités  en fonction des insuffisances relevées lors de l’audit du ministère du Genre, Famille et Enfant l’année passée.  En effet, l’évaluation faite à ce jour est le symbole de la prise en compte de la dimension genre dans les institutions enquêtées qui était assez limitée. Cela est dû à la faible connaissance des notions conceptuelles du genre, à l’influence des pesanteurs socioculturelles ainsi qu’à l’insuffisance de mobilisation des ressources nécessaires, tant humaines que financières pour les questions de genre.

Notons que l’adoption de cette stratégie nationale servira de « feuille de route » pour l’intégrité du genre dans le processus de la planification  des programmes et politiques, budgétisation, d’exécution et de suivi, évaluation des mesures et des changements requis afin que l’équité genre entre homme et femmes devienne une réalité. «Pour le PNUD, l’égalité entre les hommes et les femmes constitue une condition indispensable d’un développement intégrateur, participatif, sans violences et durable», a souligné Nick René Hartmann, directeur pays a.i du Pnud.

Pour la matérialiser, le directeur pays a.i a invité «Onu Femme», à travailler en étroite collaboration avec les agences sœurs. Car, le Pnud s’engage à soutenir cette stratégie nationale du genre pour qu’elle devienne opérationnelle et qu’elle ait un impact positif  sur la vie des hommes et des femmes. Il sied de noter que cette feuille de route servira de soubassement  aux institutions pour mener des actions concrètes à l’instar des plaidoyers dans tous les domaines.

 Dorcas NSOMUE et Myriam Iragi (CP)

LEAVE A REPLY

*