La RDC se dote d’un Atlas sur les énergies renouvelables

0
37

Le gouvernement congolais a, à l’occasion de sa rencontre avec les bailleurs de fonds, le jeudi 3 juillet 2014, à Hôtel Fleuve Congo, présenté officiellement l’initiative lancée en 2011, par le Secrétaire Général des Nations Unies sur l’Agenda National de l’Accès pour tous à une Energie  durable. En effet, l’objet de cette rencontre était de faire avancer ledit agenda et de mobiliser des partenariats techniques et financiers pour accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale en RDC.

Cette démarche vise trois objectifs à atteindre à l’horizon 2030, à savoir garantir un accès universel à des services énergétiques modernes, doubler le taux d’amélioration de l’efficacité énergétique à l’échelon mondial et doubler la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial.

Pour atteindre les objectifs sus indiqués, la RDC a fait un état des lieux des provinces, territoires et villages  avec  l’appui du Programme de Nations Unies pour le Développement, en collaboration avec le ministère des Ressources Hydrauliques et Electricité. Toutes ces données sont compilées dans un Atlas interactif contenant plus de 200 cartes, réalisé avec l’appui du PNUD et de la Coopération néerlandaise au développement. Cet Atlas des énergies renouvelables est une première en RDC et dans la région. Il constitue une source majeure d’informations dans l’élaboration des politiques  de décentralisation énergétique et un outil essentiel pour attirer les investissements tant publics que privés dans le développement des énergies renouvelables en RDC pour un meilleur accès des zones rurales et des populations  pauvres, indique un communiqué de presse.

 En ce qui concerne l’agenda national de l’accès pour tous à une énergie durable, la RDC s’est fixé des objectifs très ambitieux à savoir,  doubler le taux d’accès à l’électricité à l’horizon 2018, le faisant passer de 9 à 18%, promouvoir la décentralisation énergétique pour atteindre les zones rurales et des mesures incitatives et des partenariats solides avec la nouvelle loi sur l’électricité. Cette stratégie nationale prend en compte toutes les couches de la population même dans les zones les plus reculées.

Les défis à relever

            Il faut mobiliser des capitaux importants issus du secteur tant public que privé, coordonner l’ensemble des interventions portant à la fois sur les grands ouvrages comme sur les petits portés par différentes entités tant au niveau central que local, promouvoir les normes et les politiques en matière d’efficacité énergétique, accroître les investissements axés sur les énergies renouvelables et mettre en place un environnement politique propice.

            Ce sont là les défis qui nécessiteront la conjugaison d’efforts de tous les partenaires issus tant du secteur public que privé et de la société civile. La coopération technique et financière régionale, dont notamment celle du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC), de la Communauté économique de l’Afrique centrale (CEAC) et de la Région des Grands Lacs, et la coopération de la communauté internationale seront tout aussi nécessaires pour soutenir les efforts réalisés à l’échelle du pays.

Muriel Kadima 

LEAVE A REPLY

*