La RDC héberge 74 millions d’enfants non scolarisés

0
86

enfants_recadre_580La rentrée scolaire qui pointe à l’horizon – précisément le lundi 02 septembre 2013 – provoque diverses initiatives parmi les autorités politiques et les partenaires éducatifs. Ils cherchent par-là une meilleure prise en compte des disparités en termes de genre, de zones géographiques et statut socio-économique des ménages et à combattre des facteurs de vulnérabilité et la marginalisation des enfants et adolescents en dehors de l’école (EADE). C’est ainsi qu’il s’est ouvert hier mardi 20 août 2013, au Centre catholique Caritas-Congo, dans la commune de la Gombe, un atelier de trois jours – du 20 au 22 août 2013 – axé sur la « Réflexion stratégique pour le développement d’une politique et des stratégies d’intégration de l’équité en éducation » en vue de combattre l’exclusion scolaire. Les travaux réunissent l’ensemble des gestionnaires du système éducatif congolais, dont plusieurs proviennent de différentes provinces de la Rd Congo, auxquels se sont associés plusieurs partenaires éducatifs, financiers ou techniques nationaux et internationaux.

            S’adressant aux participants, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, a rappelé que l’atelier qu’il ouvrait se situait dans le prolongement de l’atelier de  validation des résultats de l’étude sur les ‘EADE’ qui s’est tenu en février 2013. Le ministre a souligné toutefois que la tenue du présent atelier a été programmée pour aller au-delà des recommandations formulées dans l’étude, c’est-à-dire, les traduire en actions concrètes. Cette étude, a rappelé le ministre, a permis de savoir combien d’enfants sont en dehors de l’école, à quelle couche sociale appartiennent-ils, pourquoi ils sont en dehors de l’école. Ces résultats ont révélé que notre pays compte près de 7,4 millions des EADE dont 52% sont des filles, que près de la moitié d’EADE est constituée d’enfants âgés de 6 à 11 ans, que les EADE sont plus nombreux en milieu rural (77,2%) et que la proportion la plus importante se retrouve dans les provinces confrontées à l’exploitation minière et aux conflits armés : Katanga, Nord-Kivu, Province-Orientale, Equateur et Kasaï-Oriental.

Pour l’Unicef, il faut poursuivre les efforts

 

            Maker Mwangu a affirmé que le Gouvernement s’engageait à prendre toutes les dispositions utiles pour que les plan provinciaux qui seront proposés soient intégrés dans les Plan Intérimaire de l’Education (P.I.E.). Parlant de cette étude sur les EADE, validée en février 2013, la représentante du Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance (Unicef), Barbara Bentein, a noté que les résultats obtenus à ce jour, si importants soient-ils, demeurent insuffisants et incomplets. Ceci explique, a-t-elle dit, la tenue de ce nouvel atelier dont la mission est de réfléchir de manière approfondie sur la politique à adopter et les stratégies appropriées à mettre en œuvre afin de combattre efficacement l’exclusion scolaire actuelle et à venir.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*