La RDC déterminée à bloquer la déforestation

0
160

En vue de permettre à la République Démocratique du Congo de mieux faire face aux méfaits des changements climatiques, le gouvernement, par le biais du ministère de l’Environnement et du Développement Durable a procédé le jeudi 9 avril 2015 à l’ouverture d’un atelier national sur le Projet Intégré REDD+ dans les bassins de Mbuji-Mayi –Kananga et de Kisangani (PIREDD-MBKIS). Cette cérémonie a eu lieu au Cercle de Kinshasa, sous la présidence du ministre de tutelle, Bienvenu Liyota Ndjoli.

Le représentant résidant de la Banque Africaine de Développement (BAD), le Secrétaire général de MEDD, Vincent-Kasulu, le Coordonnateur du PIF (Programme d’investissement pour la forêt de la RDC) étaient aussi là. Cet atelier qui se clôture ce vendredi connait la participation de la Coordination nationale REDD, de la société civile, du secteur privé, etc.

L’objectif visé est de présenter le Programme d’investissement pour la forêt ainsi que les différents liens qui les unissent au processus REDD+, le projet intégré REDD+ dans les bassins de Mbuji-Mayi-Kananga et de Kisangani, ses zones d’interventions, d’examiner avec le ministère de tutelle les modalités d’implication des parties prenantes, etc.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable a rappelé que malgré sa forêt, la RDC connait la perte de 400.000 hectares. Bienvenu Liyota Ndjoli a signalé qu’elle figure parmi les huit pays pilotes du Programme d’investissement pour la forêt (PIF) qui a comme objectif de financer les actions permettant d’éliminer de façon directe et indirecte la déforestation et la dégradation des forêts en vue de promouvoir leur gestion durable.

Il a indiqué que le plan d’investissement du PIF/RDC comprend trois programmes géographiques, à savoir le bassin de Kinshasa, le bassin de Mbuji-Mayi-Kananga et le bassin de Kisangani.

Il a souligné que ce projet dont le coût total est de 22,1 millions de dollars US, va s’étendre sur 5 ans et permettre la mise en œuvre d’une approche intégrée de la REDD+. Il a précisé que le comité de pilotage dudit projet sera aussi celui du Comité national REDD.

Enfin, le ministre a demandé à la BAD d’accompagner son ministère pour l’atteinte des objectifs lui assignés dans le cadre dudit projet.
Pour sa part, le représentant résidant de la BAD en RDC a indiqué que cet atelier était le couronnement des efforts fournis par toutes les parties et l’expression de l’engagement de son institution dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Melba Muzola