La RDC dans le collimateur de ses «voisins»

0
77

Le gouvernement congolais est appelé à une bonne gouvernance de la gestion de l’eau », « le gouvernement doit faire montre de bonne gouvernance de la ressource eau »… Ces propos ont été entendus dans la salle Père Boka de Cepas, le samedi 9 janvier 2010. C’était à l’occasion d’une conférence sur « Ressource en eau en RDC : opportunités, enjeux et défis au 21ème siècle », organisée par les anciens du collège Alfajiri de Bukavu et animée par l’ingénieur Jean de Dieu Boroto Ruhiza.

L’orateur a commencé par présenter des cartes, des images et des chiffres en rapport avec l’eau. L’assistance a pu se rendre compte que le réseau hydrographique est très dense. Une carte satellitaire de l’Afrique indique clairement que si l’eau coule en permanence en Rd Congo, ce n’est pas le cas chez des voisins comme ceux du bassin du lac Tchad. « Nous devons réaliser que les autres nous en veulent, nous envient car ils estiment que nous n’en faisons rien », a dit l’ingénieur Boroto. A ce sujet, il a montré une carte de la rivière Ruzizi qui sépare la Rd Congo du Rwanda. Les plaines du côté congolais sont pratiquement vierges. Du côté rwandais, « la pression démographique pousse la population à cultiver aux abords de la rivière », a dit l’ingénieur.

Une carte montre qu’il y a beaucoup de barrages hydroélectriques construits au Nord de l’Afrique, en Afrique de l’Ouest et en Afrique australe dans le souci de maximiser l’utilisation et les bénéfices tirés de l’eau. La Rd Congo est aussi appelée à construire des barrages et d’autres infrastructures, par exemple pour irriguer des terrains agricoles.

L’orateur a fait intervenir un homme qui a témoigné que dans le temps à Kinshasa, on pouvait pêcher et nager dans les rivières Kalamu, Gombe et Makelele. Ces rivières sont si polluées aujourd’hui que personne n’ose plus y pêcher ou nager. C’est en utilisant le réseau du transport fluvial que le colonisateur a créé beaucoup de richesses dans ce pays. Depuis, 1960, les Congolais ont cessé d’exploiter à bon escient ce réseau.

L’ingénieur Boroto a donné une vision de la Rd Congo où l’eau peut et doit satisfaire les besoins en énergie par de grands barrages et des micro centrales hydroélectriques pour aider à créer une valeur ajoutée. C’est un indice de développement pour la Rd Congo et le continent. L’eau peut et doit garantir la sécurité alimentaire de la Rd Congo et du continent ; servir au transport fluvial ; à la paix avec les voisins ; protéger l’environnement et promouvoir le tourisme.

JR Bompolonga

LEAVE A REPLY

*