La RDC conclut l’accord global et inclusif en avril 2003

0
662

Face à l’intoxication au sujet de la tournée effectuée à l’Est au mois de juin 2002 par le leader de l’UDPS, des séances d’explication se tiennent à Goma et à Bukavu pour ramener un climat d’apaisement au sein des populations à la veille de l’arrivée à l’Est de deux leaders de l’opposition qui se sont alignés pour l’élection présidentielle, à savoir Etienne TSHISEKEDI de l’UDPS et Vital KAMERHE de l’UNC.

Cette campagne d’intoxication aurait pour but de nuire à l’image de celui-là même qui avait pris le risque d’effectuer ce déplacement de l’Est au lendemain de la clôture brusque survenue le 19 avril 2002 des travaux du dialogue inter congolais de Sun City. Cela, à la suite de la signature d’un accord partiel dit « Accord des Cascades » intervenue tard la nuit dans l’une des chambres de l’un des hôtels de ce site paradisiaque de Sun City entre les délégués du gouvernement de Kinshasa et ceux du Mouvement der la Libération du Congo de Jean-Pierre BEMBA Gombo.

Deux mois durant, des délégués des forces politiques et sociales de la République avaient débattu de toutes les questions relatives à la réunification, à la sécurité, à la paix, à la réconciliation et au développement de leur pays. Autour d’eux, des experts et observateurs venus de l’ONU, de l’Union Africaine et surtout des pays impliqués dans les guerres qui ont endeuillé ce pays depuis 1994. Les commissions sensibles, à savoir la politique, la Défense et sécurité, finances et économie, avaient été placées sous la direction des sages africains, dont trois anciens chefs d’Etat, notamment Ketumile MASIRE le Botswanais, le Béninois Charles ZINSOU, le Nigérian ABUBAKAR Abdu Salemi et Mustafa NIASSE, l’ancien premier ministre sénégalais. L’actuel chef d’Etat Libérienne et Prix Nobel de la Paix 2011, Mme Helen Searleaf JONHSON fut de la partie du côté du Caucus des femmes, sans oublier des diplomates européens et américains.

Atterrissage forcé

Après un mois et demi, les travaux se butèrent à des obstacles artificiels mais qui en fait étaient liés aux tractations pour le partage du pouvoir pendant la transition. C’est dans ce climat de méfiance que l’on apprit qu’un accord avait été conclu tard dans la nuit du 19 au 20 avril 2002 dans l’une des chambres de l’hôtel Cascades où étaient logés les principaux chefs des différentes délégations des forces belligérantes. Ce fut le tollé général dans les rangs des autres forces politiques et sociales dont particulièrement l’UDPS et Alliés ainsi que le R.C.D.

Création de l’A.S.D.

Le 25 avril, ces forces se réunirent à Johannesburg pour mettre en place une alliance visant à sauvegarder les acquis des travaux de Sun City. En l’absence d’Antoine GIZENGA, Etienne TSHISEKEDI fut désigné comme président, secondé par Raphaël KATEBE Katoto. D’où la décision d’effectuer à partir du 20 juin 2002 le déplacement de l’Est pour aller réconforter les populations congolaises locales en désespoir de cause car pour elles, cet échec signifiait la partition pure et simple du pays.

Au cours des meetings tenus à Goma et à Kisangani, il rassura les populations de ces deux villes que l’unité et l’intégrité territoriale du Congo ne seront jamais bradées, quel qu’en soit le prix fût-il. Et que tous les efforts seraient entrepris pour ramener les signataires de cet accord partiel à revenir autour de la table des négociations pour parvenir à un accord global et inclusif.

Retrait des troupes rwandaises de la RDC

A Kigali, le leader de l’UDPS eut des entretiens fructueux avec Paul KAGAME au cours desquels il obtint l’engagement du Rwanda de procéder dans un délai raisonnable au retrait du territoire congolais de toutes ses troupes armées.

Victoire de la raison et du bon sens

Comme la Rose, l’accord partiel des Cascades ne dura que l’espace d’un matin. C’est ainsi que toutes les forces politiques et sociales se retrouvèrent à Pretoria pour y rédiger ensemble les termes de l’accord global et inclusif qui sera signé dans la nuit du 16 au 17 décembre 2002. La cérémonie officielle se déroula le 4 avril 2003 à Sun City en présence de nombreux chefs d’Etat africains et des plénipotentiaires occidentaux. L’Alliance pour la Sauvegarde du Dialogue Inter congolais venait de remporter une victoire historique. La question : qui avait abandonné l’Est aux rwandais ?

F.M.

LEAVE A REPLY

*