La première promotion des «Kuluna» formés à l’INPP «fêtée»

0
68

 Grâce à l’implication personnelle du gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, cent trente deux (132) jeunes en rupture sociale, communément appelés « enfants de la rue » ou tout simplement  « Kuluna », viennent de terminer leur formation aux métiers à l’Institut national de préparation professionnelle (INPP). La cérémonie de collation des lauréats de cette première promotion est intervenue le week-end dernier, au siège même de cet établissement public dans la commune de Limete.
 La formation dont ils ont bénéficié était axée sur : l’électricité de bâtiment, le carrelage, la menuiserie, la peinture, le froid ménager, l’ajustage, la mécanique automobile – moteur essence, diesel et l’électricité automobile, la plomberie sanitaire, ainsi que la bureautique et la maintenance des systèmes et réseaux informatiques.

 Dans son adresse de circonstance, l’Administrateur-Directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, s’est apaisanti sur le danger que représente les enfants de la rue dans la Capitale, avant de relever qu’en les confiant à son institution pour leur insertion socio-économique, le gouverneur de la ville a désamorcé la bombe à retardement qu’ils constituaient. «Je félicite le gouverneur qui a compris l’importance de l’apprentissage des métiers dans la sécurisation de la ville. Ses prédécesseurs que nous avions, d’ailleurs, sollicité n’ont jamais répondu à notre demande ». Pour Maurice Tshikuya, « Il est dit que la richesse première d’une nation c’est sa population, mais cette dernière n’est richesse que si et seulement si elle a une valeur ajoutée. Et, c’est par la formation que l’on en obtient ».
Très réconforté par cette collaboration entre le gouvernorat provincial et son établissement public, l’Adg de l’INPP perçoit cette initiative de former les jeunes en rupture sociale comme la voie obligée pour une réinsertion sociale durable.

Tokuda en visite à l’INPP


 Trois jours plus tôt, l’Adg de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, a reçu en audience l’expert japonais de la Division Afrique francophone au siège de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Tokuda, un des artisans de l’aboutissement heureux du dossier « Aide financière non remboursable » pour la construction d’un bâtiment moderne. Il y était conduit par le représentant-résident de la JICA en République démocratique du Congo, Eiro Yonezaki.
 Au menu de leur entretien qui a suivi une visite guidée de toutes les filières de cette institution publique : les travaux de construction de l’INPP-Bukavu, dans la province du Sud Kivu, lesquels requièrent une enveloppe supplémentaire de 500.000 dollars américains, ainsi que la formation des formateurs pour laquelle JICA a déjà affecté à l’INPP une experte, Mme Muto.

Michel Luka


 

LEAVE A REPLY

*