La population congolaise a droit à la vérité sur le dossier Christopher NGOY 

0
144
christopher ngoyiLe Centre des Droits de l’Homme et du droit humanitaire (CDH) , une organisation congolaise militant pour la  promotion et la protection des droits de l’homme , basée à Lubumbashi, province du Haut- Katanga, en République Démocratique du Congo, se dit extrêmement préoccupé par le déroulement du dossier de Christopher NGOY MUTAMBA,  défenseur des droits humains   enlevé  le 21 janvier 2015 à Kinshasa.
Le  CDH  s’interroge sur l’indépendance  du pouvoir Judiciaire,  sur laquelle le Chef  de l’Etat était revenu  lors des  assises des Etats Généraux  de la Justice  tenues du 28  avril au 02 mai 2015 au Pullman- Grand Hôtel de Kinshasa .
C’est pourquoi,  le CDH demande au Ministre de la Justice de garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire  en libérant le défenseur des droits humains Christopher NGOY MUTAMBA, indique un communiqué de presse.
Rappel des faits
Christopher NGOY MUTAMBA, Président national de l’ONG » Synergie Congo Culture et Développement » et Coordonnateur de la plateforme  Société civile de la République Démocratique du Congo, dans le cadre de ses activités, avait  organisé une   sensibilisation de la population sur  les revendications citoyennes et, en marge du débat démocratique, sur la révision du cadre juridique relatif aux élections en RDC. Il  avait multiplié des activités au début du mois de janvier 2015, afin de mobiliser la population  pour participer au meeting  du 11 janvier 2015.
Le même communiqué indique qu’en date du  17 janvier, l’Assemblée Nationale avait adopté le projet de loi portant modification de la Loi électorale. L’organisation de l’élection présidentielle de 2016 devrait alors  être conditionnée à un recensement national, ce qui risquait de repousser la tenue du scrutin et permettre ainsi à l’actuel président de rester plus longtemps au pouvoir. A partir du  19 janvier 2015, Christopher NGOY s’était démené pour organiser des activités démontrant  l’expression de la population devant le dossier engageant  l’avenir de la nation RD Congolaise.  La répression fut sévère : 36 personnes, dont un agent de police, étaient tuées à Kinshasa ; Une vingtaine de victimes étaient touchées mortellement par des balles de la police et de la garde républicaine. En date du 21 janvier 2015, Christopher NGOY fut enlevé vers  20h00 dans la commune de KALAMU.
Il fut présenté officiellement devant la presse tant nationale qu’internationale ; en présence du Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur en date du 10 février 2015 et  mis à la disposition de la justice ; au Parquet Général de MATETE, puis  transféré à la prison Centrale de Makala trois jours après. Là; il fut présenté  en chambre de conseil. Depuis lors son dossier n’évolue pas car la procédure et bloquée.
Murka