La PNC verrouille ses rangs

0
39

police judiciareHier jeudi 9 avril 2015, la Police nationale Congolaise (PNC)  a lancé l’opération de collecte de données  des policiers retardataires et de remise de cartes de service, qu’elle exécutera dans le cadre du Programme d’appui à la reforme de la police national(PARP), financé par l’Union Européenne.

Cette cérémonie a été présidée par la vice –ministre de l’intérieur,  Martine  Bukasa,  au commissariat général de la police  en présence du chef de coopération de la délégation de  l’Union Européenne en République Démocratique du Congo , Vincent G DOWD, du commissaire général de la police , Charles  Bisengimana  et des autres officiers supérieurs de la police.

Dans son allocution, la vice-ministre de l’intérieur a affirmé que  cette opération d’identification permettra de maitriser les effectifs de la police afin de mettre hors d’état de nuire les éléments incontrôlés qui ternissent l’image de la police nationale en posant des actes  répréhensibles.
Martine Bukasa a souligné que la mise en place d’une base de données complète des policiers s’inscrit dans le cadre de la révolution de la modernité prônée  par le président de la République, Joseph Kabila
Elle a ajouté que la maitrise des effectifs de la police sur l’ensemble du territoire national    par l’identification facilitera  d’avantage la bancarisation de la paie des policiers devenu déjà effective.
Pour sa part, le commissaire général de la police , Charles Bisegimana a fait savoir que cette opération d’identification concerne  les catégories de policiers suivantes :
-des policiers omis lors des opérations de a première phase de  collecte de données de  2011 .il s’agit des dossiers non –collectés des policiers ayant connu des problèmes pour se rendre au site de collecte (retardataires) ainsi que des dossiers collectés des policiers mais non-bio métrisé ,dus aux problèmes techniques, lors de l’informatisation (non repris) ;
-des nouveaux élèves policiers ;
-les démobilisés des groupes armés, identifiés et listés par la direction des ressources humaines de la PNC ;
-Les policiers de la police judiciaire.
Pour sa part, Monsieur Vincent G DOWD  a rappelé que depuis 2008, l’Union Européenne coopère avec la police, comme dans les autres secteurs de la reforme de la police, afin de mettre en place un système intégré de gestion des ressources humaines, y inclues la gestion administrative et budgétaire.
Le chef de la délégation de l’Union européenne  a évalué à 21 millions de dollars la contribution de son institution via son programme d’appui  à la modernisation, pour rendre effective la collecte de données des policiers retardataires  et la remise des cartes d’identité aux policiers.
En outre,  le diplomate européen a fait remarquer que la redevabilité  et la lute contre l’impunité  sont fondamentales pour restaurer la confiance entre la police et la population.
C’est dans ce cadre  que Vincent G DOWD a recommandé que toute la lumière soit faite  sur l’opération Likofi,  afin que  toutes les mesures  appropriées soient prises et que les responsables qui seraient identifiés soient traduits devant la justice.
ERIC WEMBA