La NSCC évalue le processus électoral en cours

0
35

La Nouvelle Société Civile Congolaise a procédé hier jeudi 12 février au centre Carter, à la présentation officielle  du rapport d’évaluation du processus électoral 2013-2016, dans le cadre de son engagement à suivre de près ledit processus, afin d’en fournir une évaluation impartiale, objective et indépendante. Selon les explications du coordonateur de la NSCC, Jonas Tshiombela,  le présent rapport fait le monitoring et effectue des analyses sur les circonstances qui ont entouré cette période jusqu’au 25 janvier 2015, jour de l’adoption de la Loi électorale par les deux chambres du Parlement.

 Cet ouvrage de 46 pages, est axé sur 11 points essentiels, à savoir: le contexte politique agité pendant le processus électoral (absence d’un consensus électoral, une opposition dépourvue de stratégie concertée et commune, intolérance politique et menace de la liberté d’opinion, climat d’insécurité à l’Est du pays), l’analyse de l’environnement politique auquel le gouvernement a souscrit sur le plan national et international, la réforme controversée du cadre global des élections. Ce rapport évalue aussi le calendrier des élections urbaines, municipales et locales, les difficultés rencontrées par les associations des droits de l’homme et les médias dans l’exercice de leur métier, etc.

Par ailleurs, le document aborde les problèmes liés aux respects des droits de l’homme pendant les échéances électorales. Les événements des 11, 12, 19,20 et 21 janvier survenus à Kinshasa et l’arrestation de plusieurs personnes suite à l’expression de leurs opinions,  en sont une nette illustration du type de violence lié au processus électoral.

Concernant le monitoring des médias, les observateurs de la NSCC déplorent l’inaction du CSAC ainsi que l’empiétement sur les activités par le Ministère des Médias et communication. Selon eux, cette situation ternie l’image et l’indépendance de ces deux institutions appelées à réglementer le secteur médiatique congolais. Et compromettent aussi, leur efficacité à rendre l’espace médiatique démocratique à l’aube des échéances électorales. Ils ont aussi déploré le harcèlement contre des médias proches de l’opposition, preuve de l’intolérance des opinions dans un espace qui se veut démocratique. C’est le cas de Canal Kin TV, RTCE, lRLTV, etc.

Recommandations

 Après la lecture dudit rapport, la NSCC recommande au gouvernement :

-d’initier le dialogue politique sous l’égide de la Monusco, entre les parties prenantes  préconisé par la Résolution 2098 du conseil de sécurité ;

-d’adapter une législation répartissant clairement les attributions  entre le ministère de la communication et le CSAC ;

–  de relancer les opérations de mise à jour du fichier électoral en prenant en considération les nouveaux majeurs et la diaspora ;

-d’appuyer techniquement et financièrement les organisations de la société civile dans l’éducation civique électorale de la population ; etc.

PersideDiawaku