La Monusco sous le régime du mandat intermédiaire

0
165

Les professionnels des médias habitués  à  couvrir les conférences de
presse bi mensuelles de la Monusco et présents à la cérémonie
d’échange des vœux  au quartier général de la Monusco  ont appris hier
mercredi 6 février 2019 de la bouche de Florence Marshall que la
délégation des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU arrivés
récemment à Kinshasa est déjà répartie pour New York.  Selon la porte
parole de la Monusco, ces derniers sont descendus  à Kinshasa pour
préparer le prochain mandat des Casques bleus en RDC, l’actuel bail
devant prendre fin en mars 2019.
        En raison du contexte politique de l’heure, une solution
intermédiaire a été trouvée avec à la clé l’idée d’un mandat
intermédiaire de la Monusco en RDC,  en attendant que le prochain
gouvernement soit nommé et plusieurs choses clarifiées.
        Un confrère a titillé Matthias Gillmann, porte- parole intérimaire de
la Monusco (l’actuel est censé prendre un petit congé ce mois ci),  en
lui demandant pourquoi ces hauts fonctionnaires onusiens ont zappé le
Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi. A cette question, Gillmann a
répondu qu’en réalité, ces délégués onusiens sont des conseillers
techniques et n’ont pas rang d’ambassadeurs.  Cette délégation était
en mission technique pour  faire une sorte d’évaluation technique. Et
ne devra pas impérativement échanger avec Félix Antoine Tshisekedi
Tshilombo, a conclu l’intérimaire.
        Reprenant  la parole, Florence Marshall a déclaré  qu’effectivement,
la Monusco attend la mise en place du prochain gouvernement pour voir
la nature du partenariat entre l’Etat Congolais et les Casques Bleus.
        Faisant ensuite une sorte de bilan de l’ensemble des sorties
médiatiques effectuées l’annéepassée, elle s’est réjouie de la qualité
du travail fourni en 2018. Selon elle, elle n’a jamais été offusquée
des questions souvent pertinentes posées par les journalistes lors des
conférences de presse.
Quant à l’année 2019, l’accent sera mis sur les problèmes de
développement,  avec le concours  de l’OMS et de l’UNICEF, pour
évoquer par exemple  les cas d’Ebola et du choléra qui causent des
pertes en vies humaines, a-t-elle indiqué. Elle a rappelé que la
Monusco « fête » sa vingtième année en RDC cette année
        Les chevaliers de la plume ont  à leur tour adressé des vœux de
bonheur à Florence Marshall pour cette année et  lui ont tressé des
lauriers pour sa manière de travailler et sa cordialité. Un d’entre
eux a estimé qu’on devrait élargir le timing de la conférence de
presse pour permettre aux journalistes de Goma et Kinshasa de poser un
plus grand nombre des questions.
        Adèle Lukoki, également présente à cette cérémonie d’échange de vœux,
en sa qualité de membre du pool de la communication à la Monusco,  a
réaffirmé sa disponibilité d’être  à l’écoute de ses confrères et
consoeurs.
        Christiane Ekambo, présidente de l’Association des Journalistes
Congolais pour la Paix « AJPC », a fait savoir qu’il y a des
journalistes qui accompagnent la Monusco depuis près de vingt ans et
sont disposés à continuer de le faire.
        On retient sommairement de Matthias Gillmann  qu’il a  travaillé avec
Ban KI Moon et  atterri à Kinshasa dans un passé récent.
Jean-Pierre Nkutu

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •