La Monusco privilégie une approche pacifique pour le moment

0
27

 « Le Conseil de sécurité des Nations Unies a demandé le démantèlement du mouvement rebelle M23. Nous sommes maintenant dans une approche pacifique face à ce mouvement. Si le M23 continue à s’entêter, le moment venu, le Conseil de sécurité va prendre une décision et la Monusco s’alignera sur la décision du Conseil de sécurité », a déclaré hier mercredi 8 août 2012, Madnodje Mounoubai, le porte-parole de la Monusco. Il répondait à une question de la presse relative à la position de la Monusco par rapport à la poursuite des combats par le M23.

 En effet, il y a environ une semaine, le Conseil de sécurité avait rendu public un communiqué somment le mouvement rebelle M23 de s’arrêter là où il se trouve, aux pays qui le soutiennent de cesser cette action. En clair, la Monusco attend un signal du Conseil de sécurité pour régler leur compte aux infiltrés rwandais en Rd Congo.
 Signalant la présence de Roger Meece, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Rd Congo, à Kampala, en Ouganda, aux travaux relatifs à la création d’une force neutre d’interposition en Rd Congo, le porte-parole de la mission onusienne en Rd Congo a une fois de plus déclaré que la Monusco n’est pas concernée par cette force neutre.
Rutshuru est-il sous l’administration rwandaise ? A cette question, le porte-parole a déclaré que la Monusco sait que cette entité est contrôlée par le M23, mais elle n’a aucune information en ce qui concerne la gestion de Rutshuru par une administration rwandaise. 
 Cependant, le porte-parole militaire intérimaire, le major El Hadj Ibrahim Diene, a signalé que les « mutins de M23 ont pris le contrôle de Mabenga, perçoivent des taxes auprès des populations locales à Kalengera, Kiwanja, Rugari et Mabenga ; recrutent des jeunes ; et ont procédé au remplacement de l’administrateur de Rutshuru, en nommant un membre de leur mouvement à sa place ».
 S’agissant des FARDC, le porte-parole militaire intérimaire a indiqué qu’appuyées par la Force de la Monusco, elles occupent plusieurs localités autour de Kibumba et poursuivent leur déploiement autour de Goma, dans le but d’empêcher toute infiltration des rebelles du M23 dans cette ville.

Jean-René Bompolonga  

LEAVE A REPLY

*