La Monusco et les FARDC accentuent la pression sur l’Adf/Nalu au Nord

0
31

téléchargement (3)C’est ce qui ressort du point de presse hebdomadaire de la mission onusienne de mercredi 29 janvier. Selon la Monusco,  les opérations de traque   dans le ‘’Grand Nord’’ par les Forces armées de la république démocratique du Congo contre les rebelles ougandais  de l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF), avec l’appui de la MONUSCO, se poursuivent normalement. Ce qui contribue, d’après la Monusco,  à l’amélioration progressive du climat sécuritaire dans cette province. En outre, sa  brigade installée  au Nord-Kivu poursuit normalement  la conduite de ses différentes opérations, notamment  « Goma Usalama » (La paix à Goma), « Seema Suraksha » (Surveillance des régions frontalières), « Amani Kisiwa », « Rutshuru Amani » (La paix à Rutshuru), « Lushali », « Blue gaze » (Regard bleu), « Amani Mbau » (La paix à Mbau), « Usalama Pinga » (La paix à Pinga), « Chaukas », « Wide awake » (Réveil total), « Iron wall » (Mur de fer), « Silver bullet » (Balle d’argent), « Silent gun » (Arme silencieuse), « Blue shield » (Bouclier bleu), « Blue helmet » (Casque bleu), « Velvet fist » (Poing en velours) et « Vigil » (Surveillance).  Selon la Monusco, ces opérations visent à dominer le terrain, consolider les acquis de la débâcle du M23, interdire les activités des groupes armés, surveiller les frontières congolaises, soutenir les ‘’ilots de stabilité’’, collecter les informations sur les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) et les différents groupes Mai-Mai, rassurer et protéger les populations civiles.

            Parmi les points  abordés, figurait  également la  situation humanitaire catastrophique qui sévit au Nord-Katanga. Ce qui empêche  les organisations humanitaires, dont le Programme alimentaire mondial de porter secours à temps  aux nombreux déplacés qui vivent dans cette région du pays. Les difficultés d’accès dues dû aux conditions naturelles ne favorise par la distribution de l’aide humanitaire, même si près de 18 000 personnes déplacées ont reçu ces derniers jours de la nourriture du Programme Alimentaire Mondiale (PAM).  Cependant, près de 3 000 personnes n’en ont pas encore bénéficié en raison des intempéries dans les territoires de Malemba Nkulu, Manono et Mitwaba.

            La Monusco avance  ainsi  le chiffre de 10 camions transportant 172 tonnes de vivres de Lubumbashi vers Manono qui se sont embourbés depuis plusieurs jours dans le territoire de Mitwaba. Ainsi, bien qu’ayant prévu de distribuer près de 650 tonnes de vivres aux nouveaux déplacés de Kalemie (plus de 6 000 personnes), Malemba Nkulu (15 000 personnes) et Pweto (35 000 personnes), dans les prochains jours, le Pam risque encore de faire face à cette difficulté d’accès pour assister à temps ces personnes au mois de février.

Outre cette situation liée aux conditions naturelles, il faut aussi ajouter l’insécurité chronique créée  et entretenue dans cette zone par la nébuleuse Mai-Mai et autres groupes armés. Ainsi, les Nations unies, à travers leur représentant spécial, Martin Kobler,   ont  insisté  pour que tous les groupes armés  cessent leurs activités  criminelles afin de permettre aux humanitaires d’apporter leursaide  aux  populations civiles qui souffrent.

            Selon le Bureau des Nations Unies pour la   Coordination de l’assistance humanitaire, (Ocha), on compte actuellement près de quatre mille personnes déplacées dans la province du Katanga, ce qui représente  une énorme  augmentation sur les deux dernières années.     Et les coins les plus touchés par cette insécurité à cause de la recrudescence des activités négatives des groupes Mai-Mai Gédéon et Bakata-Katanga, sont les territoires de Pweto, Manono et Mitwaba.  Dans le triangle  Manono, Mitwaba et Pweto, plus de six cents maisons ont été brulées dans onze villages depuis octobre 2013.    Situation mainte fois dénoncée par les plus hautes autorités du pays, dont le président Joseph Kabila.

Quant à situation au Sud-Kivu, trois cents  femmes survivantes de violences sexuelles et 2 460 enfants, femmes enceintes et allaitantes malnutris ont bénéficié, du 20 au 25 janvier, de 63 tonnes de vivres du PAM, dans les territoires de Fizi, Kabare, Uvira et Walungu. Ce programme de réhabilitation nutritionnelle cible particulièrement les personnes affectées par les déplacements dans les zones ayant une prévalence élevée de la malnutrition. Il s’étend également aux territoires de Mwenga, Shabunda et à la ville de Bukavu. Toujours au Sud-Kivu,  l’Onu annonce son assistance à plus de 11 600 enfants malnutris, femmes enceintes et allaitantes, ainsi que les accompagnants bénéficient d’une prise en charge dans 63 structures nutritionnelles.

VAN  

LEAVE A REPLY

*