La MONUSCO appelle la CENI à prendre en considération les préoccupations exprimées par les missions d’observation électorale

0
26

La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) prend acte des déclarations publiées le 10 décembre 2011 respectivement par la Mission d’observation électorale du Centre International Carter en République démocratique du Congo (RDC) et d’autres missions d’observation sur les résultats provisoires de l’élection présidentielle tels que proclamés le 9 décembre dernier par la Commission Electorale Nationale Indépendante de la RDC (CENI).

La MONUSCO note avec une vive préoccupation les conclusions de ces Missions d’observation relatives aux irrégularités relevées dans la gestion du processus des résultats, en particulier le décompte et la compilation des voix.

La MONUSCO exhorte la CENI à entreprendre urgemment un examen rigoureux des problèmes relevés par les Missions d’observation, en associant pleinement les témoins et les observateurs y compris les groupes d’observateurs étrangers, qui pourraient donner un avis technique à cet effet.

La MONUSCO appelle la CENI à s’assurer que le décompte, la compilation et la vérification des opérations en cours, afin de déterminer les résultats des élections de l’Assemblée Nationale, puissent être menés de manière transparente. En outre, en vue d’éviter des problèmes tels que ceux identifiés lors des élections présidentielles, la MONUSCO recommande à la CENI de prendre des mesures correctives pour les élections futures.

La MONUSCO appelle les parties à résoudre toute dispute par des voies pacifiques à travers les institutions établies à cet effet, y compris le Comité national de Médiation, et souligne l’importance d’un traitement exhaustif et transparent de tout contentieux électoral par la Cour Suprême de Justice.

La MONUSCO réitère son appel aux acteurs politiques de s’abstenir de tout acte d’incitation à la violence et à la confrontation. La MONUSCO exhorte les services de sécurité et les institutions judiciaires à exercer leurs fonctions avec retenue, de se conformer aux principes internationaux des droits de l’homme lors de la gestion des manifestations publiques et de respecter les droits à la vie, à l’intégrité physique et à la liberté de rassemblement et d’expression de tous les citoyens, y compris ceux des militants, des partis politiques et des candidats, tels que garantis par la Constitution de la République démocratique du Congo.

LEAVE A REPLY

*