La Monuc intransigeante sur le cas Jean-Bosco Ntaganda

0
30

Le  SousSecrétaire  général  des  Nations  Unies  chargé  des  opérations  de  maintien  de  la  paix,  Alain  le  Roy,  a  terminé   la  semaine passée  la  mission  de  3  jours  qu’il  devait accomplir  en  RDC. Il  a  eu  des   entretiens  avec  plusieurs  interlocuteurs  qualifiés,  notamment ceux  de  la  Monuc  et  du  gouvernement  congolais.  Deux  points  essentiels  faisaient  l’objet  de  ces  entretiens,  à  savoir  la  pacification  du Kivu  et  le  retrait  des  Casques  bleus  de  la  RDC.  Quand  on  analyse  les  déclarations  faites  à  la  presse  à  l’issue  de  toutes  les rencontres,  on  constate qu’il  n’y a  encore  rien  de  concret  arrêté  d’un  commun  accord  entre  l’ONU  et  le  gouvernement  congolais concernant  le  départ  des  troupes  de  la  Monuc.  Les  observateurs  pressentent  que  c’est  un  processus  qui  s’annonce  long  et  complexe. L’Etat  congolais  doit  présenter  ses  propositions  que  l’ONU  devra  examiner  d’abord,  et faire  connaître  ses  réactions ensuite.  Les  deux parties  devront  plus  tard  se  concerter  sur  les  modalités  définitives  dont  elles  auront  convenu.  Mais  certains  propos  tenus  par  Alain  le Roy  méritent  réflexion.  Il  déclare  que  quoi qu’il en soit, le désengagement des Casques  bleus  de  la  RDC  se  fera  au  fur  et  à  mesure des  évaluations  sur  le  terrain.  Il  souligne  qu’il n’est « pas  question  de  retirer les  troupes  de  la  Monuc  de  l’Est  tant  que  l’autorité  de l’Etat  n’y  sera  pas  rétablie. »  Ce  retrait  ne  peut  être  possible  que  pour  le  Katanga  et  le  Kasaï  par  exemple.  Il  pense  qu’on  peut dégager l’Ouest  et  concentrer le  gros  des  hommes  de  troupes  à  l’Est.

Selon  le  Sous-secrétaire  général  de  l’ONU  chargé  des  opérations  de  maintien  de  la  paix,  le  retrait total  des  Casques  bleus  de l’Est  ne  peut  être  envisagé  que  si  l’autorité  de  l’Etat  est  rétablie  dans  cette  partie  du  pays.  C’est  la  raison  pour  laquelle  on  entend  y concentrer les  troupes  évacuées  de  l’Ouest.  En  d’autres  termes,  la  Monuc  peut  partir  des  autres  parties  de  la  RDC,  sauf  de  l’Est  tant que  la  paix  n’y  sera  pas  rétablie.  Depuis  2003  jusqu’aujourd’hui,  voilà  7  ans que  la  paix  n’est  jamais  revenue  à  l’Est,  plus particulièrement au  Nord  Kivu  et  au  Sud  Kivu. Que  n’a-t-on  pas  imaginé  comme  stratégies  pour  concrétiser  cette  paix,  mais  en  vain ? L’accord  de  Nairobi ;  la  conférence  de  Goma  sanctionnée  par  un  acte  d’engagement de cessation  des  hostilités signé  par  plusieurs groupes  armés et le  gouvernement congolais ;   l’installation  en  permanence  à  Goma  d’une  structure  supranationale  dénommée  « Task force »  ou  Comité  de  suivi  de  l’application  de  l’accord  de  Nairobi  et des  résolutions  de  la  conférence  de  Goma ;  cette  structure  était composée  des  diplomates  des  Etats  Unis,  de  Grande  Bretagne,  de  France,  de  Belgique,  du  Canada,  d’Afrique  du Sud,  du  Rwanda, de  la  RDC, de  l’ONU,  de  l’Union  européenne,  de  l’Union  africaine,  de  la SADC ;  l’Administration  Bush  avait  même  désigné   un ambassadeur  plénipotentiaire  permanent ayant  sa  résidence  à  Goma  en  dehors  de  celui qui  était  à  Kinshasa ;  les  opérations  militaires combinées  RDC-Rwanda  pour  liquider les FDLR  sur le  territoire  congolais.

 Tous  ces  mécanismes  étaient  conçus  et  mis  en  œuvre  pour  favoriser  la  restauration de  la  paix  au  Kivu.  L’objectif  n’a  pas  été atteint.  La  preuve  en  est  que  l’Administration  Obama  vient  de  dépêcher  dans  la région  des  Grands  Lacs tour  à  tour dernièrement, trois officiels  de  haut  rang  qui  devaient  explorer  la  situation  et  étudier  les  moyens  qu’il  faut  pour  résoudre  ce  problème  des  troubles  à l’Est  de  la  RDC. Quand  on  connaît  l’échec  de  tous  les  mécanismes  imaginés  pour  ramener  la  paix  à  l’Est,  il  y  a  lieu  de  se demander si  les  troupes  de  l’ONU  repliées  en  masse  sur  le  Kivu  ne  vont  pas y  demeurer  ad  vitam aeternam  tant  que  l’autorité  de l’Etat  n’y  sera  pas  rétablie.  Et  pourtant  des  observateurs  politiques  et  diplomatiques  savent  très  bien  que  les  troubles  à  l’Est  ne  sont pas  seulement  l’affaire  des  groupes  armés  seuls  qui  ne  sont  que  des  instruments à  la  solde  des  forces  occultes  qui  les  manipulent. Les  ONG comme  Global  Witness  et  Human  Rights  Watch  ont  dénoncé,  dans  plusieurs de  leurs  rapports,  ces  forces  occultes  tapies dans  les  hautes  sphères  des  multinationales  du  monde  capitaliste.  Tant  que  le  réseau  de  ces  forces  occultes  qui  sont les bailleresses  de  fonds  des  groupes  armés  n’est  pas démantelé,  ce  n’est  pas  la  concentration  des  Casques  bleus  à  l’Est  qui  garantira la  paix  dans  cette  partie  du pays.

La  paix  prise  en otage

Le  second  point  essentiel  des  entretiens  qu’avait  eus  Alain  le  Roy  à  Kinshasa,  outre  le  retrait  des  Casques  bleus,  c’est  la pacification  du  Kivu.  Il  a  souligné  que  la  Monuc  « ne  peut  soutenir  aucune  unité  dans  laquelle interviennent Jean-Bosco  Ntaganda  et Muzilanda. »  La   position  du  gouvernement   sur  cet  ancien bras  droit  de  Laurent  Nkunda  dans le CNDP  n’est  un  secret  pour personne. On  peut  dire  que  c’est  à  dessein  que  le  Sous-secrétaire  général  déclare  ouvertement  que  l’ONU  ne  voudrait  pas  voir  cet  homme  en peinture.  La  Monuc  compte  se  désengager  de  l’Ouest  pour  concentrer ses  troupes  à  l’Est  pour  la  pacification  et  voudrait  les  y maintenir  tant  que  l’autorité  de  l’Etat   n’aurait  pas  été  rétablie  dans  cette  partie  du  pays.  Mais  la  Monuc  déclare  publiquement  (Alain le Roy)  qu’elle  ne  peut  pas  soutenir  les  opérations  de  pacification  auxquelles participeraient aussi Jean-Bosco Ntaganda  et  Muzilanda, occupant  des  postes  de  responsabilité  ou  pas.  Voilà  un  dilemme  pour  le  gouvernement  congolais.  S’il  maintient  Ntaganda  et Muzilanda,  les  troupes  de  l’ONU  vont  se  tenir  à  l’écart  des  opérations , en  train  de  se  croiser  les  bras.  Comment  pourra-t-on  alors  s’y prendre  pour  la  pacification  du Kivu ?

 On  a  l’impression  que  la  paix  à  l’Est  est  pratiquement  prise  en otage  par  ceux  qui  devraient  travailler  conjointement  à  la rétablir  et  à  la  consolider.  Le  gouvernement  et  l’ONU  parviendraient-ils  à  trouver  un  terrain  d’entente ?  Le  brandon  de  discorde  est Jean-Bosco  Ntaganda.  Kinshasa  estime  que  sa  présence  dans  les  opérations  est  indispensable.  La  Monuc  le  considère  comme  un élément  indésirable  et  peu  recommandable.  La  raison  sous-jacente  de  la  position  catégorique  de  l’ONU  doit  être  sans  doute  le dossier  de  l’homme  à  la  Cour  pénale  internationale  (CPI)  où  l’on  continue  à  le  réclamer  à  cor  et à  cri  au  gouvernement  congolais. Pourrait-il  y  avoir  deux  opérations  de  pacification  menées  séparément,  les  unes  commandées  par  Ntaganda,  les  autres  par  la  Monuc ?  Insister  sur  le  cas  de  Ntaganda  est  une  façon  de  faire  indirectement  pression  sur  Kinshasa  pour  livrer  celui  qui  passe  pour  le prévenu  recherché  de  La  Haye. Mais  la  pire  des  hypothèses    est  celle  des  opérations  de  pacification  séparées  auxquelles  il  est difficile  de  voir  la  Monuc  se  prêter.  Ce  serait  le  statu  quo  indéfini  à  l’Est,  sans  savoir  ce  qu’il en  résultera  à  la  longue. 

Jean  N’Saka  wa  N’Saka

Journaliste  indépendant

LEAVE A REPLY

*