La Mission Eupol sensibilise sur les concepts « police de proximité » et « Droits de l’Homme »

0
133

téléchargement (18)La clôture du séminaire d’informations et d’échanges sur la police de proximité et les Droits de l’homme, intervenue hier mercredi 7 mai 2014, au Cercle français de Kinshasa, aux termes de deux jours de travaux, a été l’occasion pour le commissaire général de la Police nationale congolaise de louer l’action de la Mission Eupol RD Congo, dans la mise en œuvre de la réforme de la Police nationale congolaise. Et ce, depuis le lancement de ce processus en 2009, avec les travaux de conceptualisation de cette réforme. La Mission Eupol, a indiqué le commissaire divisionnaire Charles Bisengimana, a activement participé au Groupe mixte de réflexion qui a permis l’élaboration du plan d’action et les autres différents documents de travail.

 Emboîtant le pas à d’autres partenaires, la Mission Eupol a, a-t-il souligné,  œuvré pour la mise en place du commissariat de référence de Kinshasa, la formation de 270 policiers au concept de police de proximité, et l’organisation avec la société civile, des campagnes de sensibilisation de la population sur les enjeux de la réforme qui a abouti à la mise en place du Conseil local de sécurité de proximité.

Bien qu’il ait déploré la fin dans cinq mois du mandat de cette mission, il a fait savoir que la Police nationale congolaise a encore besoin de son expertise pour poursuivre la réforme de la PNC. Toutefois, il s’est dit rassuré que la coopération britannique avec le programme SSAPR va prendre le relais pour le soutien au commissariat de référence de Kinshasa.

Le commissaire général a ensuite, mis en exergue, la volonté politique du chef de l’Etat de bâtir une police moderne, républicaine, professionnelle, civile et respectueuse de Droits de l’homme. Il s’est dit satisfait de voir que l’un des objectifs de ce séminaire, était d’échanger des informations sur la police de proximité et les Droits de l’homme. La police de proximité étant un mode de fonctionnement de la police qui tient compte des besoins récurrents de la population en matière de sécurité, il attend les résultats de la phase expérimentale menée dans quatre provinces ( Bas-Congo, Sud-Kivu, Kasaï occidental et Orientale) et la ville de Kinshasa, avant de l’étendre sur l’ensemble du territoire national. C’est ainsi que la police doit humaniser ses méthodes de travail, privilégier des actions de prévention et le respect des Droits de l’homme.

Pour terminer, le commissaire divisionnaire Charles Bisengimana a promis de veiller aux recommandations formulées à l’issue de ce séminaire.

Auparavant, le chef de mission Eupol RD Congo a rappelé les liens étroits qui existent entre les droits de l’homme et les principes directeurs qui encadrent la doctrine de la police de proximité. Ce séminaire a mis en évidence l’importance de ces deux concepts dont il souhaite une appropriation par les séminaristes dans leur cercle professionnel respectif.

Le commissaire divisionnaire Jean-Paul Rikir a d’autre part, mis un accent particulier, sur les actions entreprises par sa mission dans le cadre de la mise en œuvre de la police de proximité, depuis le développement de ce concept en 2009, au Comité de suivi de réforme de la police. A cet effet, il a insisté avant tout sur le partenariat mis en place au sein de la communauté internationale, notamment avec la coopération britannique DFID et son programme SSAPR et avec le PNUD.

Le commissariat de référence de Kinshasa, un ouvrage bâti par la PNC avec l’appui des partenaires

Citant quelques actions, le chef de mission Eupol RD Congo a noté l’accompagnement dans la mise en place effective du commissariat de référence de Kinshasa «  COREKIN », en renforçant la professionnalisation de ses services administratifs et opérationnels avec des méthodes de travail plus efficaces et respectueuses des droits de l’homme. Initié par la coopération belge, ce projet constitue aujourd’hui, l’une des principales expériences-pilotes en matière de police de proximité en RDC.

En liaison avec la société civile, cette mission, a-t-il fait savoir, a œuvré pour rapprocher la police et la population de la commune de Kinshasa, en favorisant des logiques de dialogue, de confiance mutuelle et de partenariat. In fine, tous les projets appuyés par la mission Eupol tentent de favoriser les nécessaires changements de mentalité, ainsi que les logiques d’appropriation par la PNC et la société civile.

Le départ de sa mission de la scène de la réforme de la police ne signifie pas, a-t-il prévenu, la fin de la police de proximité en RDC, puisque cette dynamique actuelle restera au coeur des préoccupations du programme SSAPR de DFID.

Anne-Judith Ndombasi, gestionnaire de programme adjoint DFID,  s’est réjouie de voir qu’aujourd’hui, on ne peut plus parler de la police sans parler de respect de Droits de l’homme. Ce séminaire a permis de mettre un accent particulier sur ce concept. Et c’est un réel défi, a noté la gestionnaire de programme adjoint de DFID, auquel ils s’attèlent pour asseoir une police de proximité respectueuse des droits de l’homme. Après avoir évoqué le partenariat avec Eupol, notamment par la mise à contribution des experts, Anne-Judith Ndombasi a réaffirmé la volonté de son organisme de poursuivre l’appui au processus de la mise en œuvre de la police de proximité, ainsi qu’à la réforme de la police. C’est dans ce cadre que la Coopération britannique insiste pour que les acquis de ce séminaire puissent se refléter dans les comportements quotidiens des policiers. Il faut, a-t-elle conclu, que le policier soit considéré comme l’ami de la population, et cette dernière comme l’amie du policier.

Assistaient à cette cérémonie, le général Michel Elesse Yombentole, secrétaire exécutif du CSRP, les commissaires divisionnaires adjoints, Jean-François Issia Bolofe, représentant l’inspecteur général de la PNC, Vumilia, directeur de la grande criminalité, et autres cadres supérieurs de la PNC, ainsi que des représentants des différents partenaires nationaux et internationaux impliqués dans la réforme de la Police nationale congolaise.

        J.R.T.                    

LEAVE A REPLY

*