La ministre provinciale de la Santé en première ligne

0
29

Peu avant d’accueillir le ministre de la Santé à Kisangani et faire route ensemble avec lui à Isiro, la ministre provinciale  de la Santé, Angèle Uvon Akumu a eu un face à face  hier jeudi 23 août 2012  en début de matinée avec les médias dans son cabinet de travail.  En somme, la ministre boyomaise  a sensibilisé simplement   ses concitoyens  par le biais des médias.  Le  message  en question se rapportait aux mesures à prendre pour ne pas contracter la fièvre d’Ebola.  Naturellement, Angèle Uvon a répondu aux questions des journalistes, lesquelles se rapportaient aux précautions prises par les autorités provinciales pour juguler l’épidémie d’Ebola  dans la Province Orientale.

   Cette épidémie  est une affaire de nous tous. Toute la province est en alerte. Nous avons prépositionné des kits de protection dans nos dix districts sanitaires et nos vingt-quatre zones de santé. Les prestataires de santé sont mis à contribution pour parer au plus pressé.  Il a été demandé  aussi  aux  animateurs des entités décentralisées et  des structures étatiques comme la Direction Générale de Migration DGM  et le Service d’Hygiène  de s’acquitter correctement de leurs obligations en cette période. Les médias ont aussi un grand rôle à jouer en ce moment. Ce travail consiste à d’attirer l’attention de tous sur les mesures d’hygiène à prendre pour ne pas attraper la fièvre d’Ebola», a souligné Angèle Uvon Akumu.


    Par ailleurs, la ministre Uvon a souligné  qu’il  n’est pas nécessaire de fermer les frontières entre l’Ouganda et la RDC pour bouter Ebola hors de notre pays. De deux côtés de la frontière, des mesures sécuritaires et précautions  comme la possession des cartes de vaccination, doivent être de mise pour contrer la propagation de l’épidémie en question.
    Comme mesures de prévention, il est demandé aux gens de ne pas toucher les cadavres, d’éviter de dormir avec des malades atteints d’Ebola, de prendre des précautions appropriées avant de toucher les vomissures, le sang, les selles, les urines, d’un malade d’Ebola, de s’abstenir des rapports sexuels non protégés, et même de toucher ou de manipuler  tout animal trouvé dans la forêt et de consommer la viande de cette bête….
    Il est recommandé aux gens de se laver les mains au savon après avoir été aux latrines, de ne pas déféquer à proximité des sources d’eau, d’éviter d’organiser les funérailles des personnes décédées de suite de la fièvre d’Ebola etc.

De notre envoyé spécial Jean Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*