La Marche Mondiale des Femmes confirmée à Bukavu

0
29

Rassemblement des groupes et organisations de la base œuvrant pour éliminer les causes à l’origine de la pauvreté et de la violence envers les femmes, le « Mouvement mondial d’actions féministes » a animé un point de presse hier jeudi 7 octobre 2010, en la salle de conférence du Centre Wallonie Bruxelles à Gombe autour du thème de « la marche mondiale des femmes ». Occasion offerte à Didier Mwewa Wa Mwewa, délégué général à la Francophonie en RDC, de livrer le message du responsable du projet « Egalité des genres » de l’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF), Mme Dilek Elveren, portant sur l’engagement de l’OIF, depuis 1994, en faveur de l’autonomisation des femmes et de l’égalité des genres. 

            Organisée pour la première fois en Afrique en mai 2009 à Bamako, cette « Marche mondiale des femmes » avait regroupé des représentants de 21 pays d’Afrique, autour des quatre axes, parmi lesquels les violences faites aux femmes ; de l’autonomisation économique et du travail des femmes ; des biens communs et services publics ; ainsi que de la paix et de la démilitarisation. Cette activité vise un changement social, politique et économique en s’articulant autour de la mondialisation de solidarité, de l’égalité entre hommes et les femmes, entre les femmes elles-mêmes et entre les peuples et la reconnaissance de la diversité entre les femmes, la multiplicité de nos stratégies, la valorisation du leadership des femmes et la force des alliances entre les femmes et avec les autres mouvements socio-progressistes.

            Cependant, l’action qui sera entreprise cette année dans la région des Grands-Lacs africains ambitionne de mobiliser les femmes martyrs de la guerre, de renforcer l’autonomie social-économique et politique des femmes congolaises, de permettre à la RDC de connaître une paix durable qui commence la démilitarisation de l’Est de la RDC et le désengagement progressif et négocié de la Monusco, de consolider la concentration entre les différentes coordinations nationales de la marche mondiale des femmes ( MMF) de la région des Grands-Lacs, de renforcer la capacité de mobilisation et d’influence des femmes congolaises et de la région. Aussi, de dénoncer les intérêts économiques qui maintiennent les conflits en RDC, notamment la complicité des milices ; de lutter pour que les ressources naturelles de RDC bénéficient d’abord au peuple congolais, et de chercher la responsabilisation  contre les agressions sexuelles et l’utilisation du corps des femmes comme arme de guerre.

             Notons que cette session s’est tenue en marge de la grande marche pour la paix qui aura lieu le 17 octobre prochain à Bukavu. A en croire les organisatrices, le choix de la RDC est dicté par les infractions y commises à l’Est. D’où, la nécessité de multiplier des plaidoiries en faveur de la paix afin que les femmes bénéficient effectivement de ressources de richesses de leur pays… » 

Muriel Kadima

LEAVE A REPLY

*