La main tendue des entrepreneurs wallons et bruxellois aux Congolais

0
32

Arrivée à Kinshasa le week-end passé dans le cadre de ses réunions périodiques avec des officiels, mandataires congolais et autres, la mission économique et scientifique de la Fédération de la Wallonie Bruxelles (FWB) a entamé hier lundi 7 septembre 2015 au Fleuve Congo Hôtel,  des séances de travail avec les opérateurs économiques de la RDC. Témoins de l’événement : les ministres Modeste Bahati (Economie), Théophile Mbemba (Enseignement Supérieur et Universitaire), Louise Munga (Portefeuille), Michel Lashenko, et l’ambassadeur de Belgique en RDC.

Dans son mot de circonstance, l’ambassadeur belge a fait savoir que la mission économique et scientifique de la FWB est venue à Kinshasa parler affaires avec les Congolais et relancer le partenariat entre les deux parties dans le domaine universitaire. Le diplomate belge a affirmé plus loin que lorsqu’on évoque la croissance économique qu’enregistre la RDC, on doit fatalement parler de ses ressources naturelles. Dans la foulée, il a fait état des centrales électriques aujourd’hui à l’arrêt, mais qu’on pourrait réhabiliter.

Changeant de registre, l’ambassadeur de Belgique en RDC s’est appesanti sur les problèmes auxquels est confrontée la jeunesse africaine en général et congolaise en particulier et qui la poussent à émigrer. Il a aussi évoqué les difficultés d’approvisionnement en eau potable, qui tendent à s’amplifier avec l’urbanisation galopante que connaît la RDC.

Dans le domaine scientifique, il a abordé le problème de la recherche en agronomie, de la gestion raisonnable des forêts et qui pourrait retenir l’attention des scientifiques congolais et ceux de la FWB.

S’agissant du volet politique, il a rappelé les défis auxquels doit faire face la RDC, à savoir le respect des droits de l’homme, la consolidation de la démocratie, les élections. Il a fait savoir que son pays plaide pour la tenue des élections présidentielle et législatives nationales dans les délais constitutionnels.

Le chef de la délégation de la Fédération de Wallonie Bruxelles, vice-président et ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche du gouvernement wallon a rappelé que la Belgique et la RDC étaient de vieilles amies.

Les séances de travail entre entrepreneurs de la FWB et Congolais, a fait remarquer Jean-Claude Marcourt, constituent la suite d’une rencontre similaire organisée au début de l’année et d’autres activités analogues qui ont eu lieu ces dernières années.

Les entrepreneurs wallons et bruxellois veulent développer et renforcer leur partenariat avec des opérateurs économiques congolais.

Considéré comme un réservoir d’eau en Afrique, a-t-il indiqué, la RDC doit faire face au problème d’assainissement de ce précieux liquide. Evoquant le problème énergétique, il a relevé que la maitrise de l’énergie est vitale pour le développement d’un pays.

Les entrepreneurs ainsi que les scientifiques wallons et bruxellois souhaitent travailler dans un environnement stable, pour le développement de la RDC.

Bahati Lukwebo a indiqué qu’au vu du tableau économique de la RDC et celui du climat des affaires, la délégation de la FWB va certainement apprécier les efforts déployés par le gouvernement congolais pour faire de la RDC un pays réellement attractif.

Tout en félicitant le dynamisme des opérateurs économiques wallons et bruxellois, il a souligné que la RDC deviendra un pays émergent s’il s’investit réellement dans le domaine de la coopération bilatérale et que le pays tient à recadrer ses relations avec la Belgique, qui est un de ses partenaires stratégiques, avant de signaler que le Premier Ministre Matata l’a relevé au cours d’une réunion de la Troika stratégique.

« Bien que la situation soit tout de même complexe, a martelé Bahati, notre pays s’emploie à créer des conditions favorables pour attirer des potentiels investisseurs ». Il s’est réjoui, au passage, du fait que l’Afrique, y compris la RDC, connait une forte croissance économique ces dernières années. Pour que cette croissance soit de deux chiffres, on doit avoir de l’énergie en abondance.

Bahati a énuméré  les  stratégies mises en place et les organismes internationaux auxquels la RDC a adhéré pour améliorer le climat des affaires et attirer des investisseurs potentiels.

Il y a lieu de signaler que le programme de la mission belge en République Démocratique du Congo comprend des entretiens inter-entreprises ( SNEL, Regideso), la présentation des produits et services des entreprises de la FWB aux officiels congolais… Ladite mission quitte Kinshasa ce mardi 9 septembre 2015.

Jean- Pierre Nkutu