La JICA et l’INPP font le point de leur coopération

0
33

Depuis le mardi 31 juillet 2013, les experts de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et leurs partenaires de l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) sont au tour de la table, en vue de passer au peigne fin leur coopération technique triennale (2010 à 2013). Celle-ci comporte trois phases importantes, notamment la fourniture des équipements et matériels didactiques, la formation des formateurs, ainsi que la construction des infrastructures.

Bien avant de rejoindre les Congolais dans la salle polyvalente de la direction provinciale de l’INPP-Kinshasa, sise sur la 11ème rue, quartier Industriel, dans la commune de Limete, la délégation d’experts japonais, conduite par la directrice à la division de sécurité sociale de la haute éducation du Département du développement humain au siège de la JICA, Mme Aizawa Emi, a  été reçue en audience par l’Administrateur directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe, à son cabinet de travail de la 6ème rue, quartier Industriel toujours dans la commune de Limete. Celle-ci a été suivie immédiatement de la visite guidée de toutes les filières de cet établissement public, ainsi que du site appelé à abriter le complexe administratif et technique ultra-moderne de la direction provinciale de cette institution publique.

Poursuite de la coopération : le vœu ardent de tous

A l’instar de Naohiro Tsutsumi, directeur de coopération économique entre le Japon, l’Afrique et l’Europe et Tamio Shimizi, directeur Afrique au ministère des Affaires Etrangères du Japon,  Mme Aizawa Emi s’est déclarée émerveillée par la grande capacité du personnel de l’INPP à maintenir en état de fonctionnement des équipements offerts à cet établissement  public par son pays, depuis plus de trente ans. Ceci, selon lui, est un signe encourageant dans la poursuite de la coopération entre son pays et la RD Congo, dans le domaine de la formation professionnelle. Elle a également salué l’engouement des jeunes dans la formation professionnelle. Cette ardeur, a-t-elle expliqué, suscite l’espoir que la jeunesse participera à la reconstruction du pays.

            Aizawa Emi a encouragé la présence active des formateurs japonais à l’INPP avant de soutenir, comme les deux hauts responsables de cette institution nippone précité, la poursuite de la coopération entre son pays et cet établissement public. Cela d’autant plus que le pays du Soleil Levant est décidé à faire de l’INPP le Centre de référence en Afrique centrale.

            Appelé à livrer ses impressions sur la coopération de son établissement avec la JICA qui arrive déjà à son terme, l’Administrateur directeur général de l’INPP, Maurice Tshikuya Kayembe a reconnu l’exemplarité de la coopération japonaise. C’est grâce à celle-ci, a-t-il souligné, que son établissement a amélioré la qualité de sa formation et de ses services. Bientôt, JICA va rouvrir sa vanne pour une intervention salvatrice dans la province du Katanga.

            Parlant de la direction provinciale de l’INPP/Kinshasa, Maurice Tshikuya Kayembe a indiqué que le Japon, à travers son Agence de coopération internationale, la JICA, va doter cet établissement public d’un complexe administratif et technique ultra-moderne. Financée par la coopération japonaise, cette infrastructure va quadrupler la capacité journalière d’accueil de cette direction provinciale qui passera de 3000 à 12.000 stagiaires.

            La poursuite de la coopération demeure son vœu le plus ardent, car, il reste convaincu que son établissement une fois doté d’une grande capacité d’accueil et des équipements ultra-modernes pour la formation professionnelle, deviendra le Centre de formation par excellence en Afrique Centrale.

Lungudi la Kalonda

Michel  LUKA   

LEAVE A REPLY

*