LA GUERRE DE L’EAU

0
20

QUELQUES OBSERVATIONS SUR LA PROBLEMATIQUE DE TRANSFERT DE L’EAU DU FLEUVE CONGO VERS LES BASSINS VOISINS

La demande en eau s’accroît partout dans le monde tendis que l’offre, elle, stagne ou diminue ; à moins que l’on arrive à dessaler  à moindre coût l’eau des mers alors l’offre sera sur abondante. Cependant, en attendant que la science parvienne à résoudre, à moindre coût, l’adoucissement des eaux salines océaniques, le recours à l’eau douce naturelle est l’unique moyen de répondre aux besoins toujours croissants en eau domestique, agricole et industrielle.

Le recours aux eaux douces transfrontalières et ou interbassins versants est de plus en plus envisagé, voire, pratiqué à travers le monde.

Ce transfert entre Etats et entre bassins versants a ses défenseurs et ses détracteurs. Cette note n’a pas vocation d’examiner le bienfondé ou non du transfert de l’eau interbassins. Elle se limite à examiner sous l’angle scientifique, politique et économique les demandes de transfert de l’eau du fleuve Congo vers les bassins voisins formulées par les dirigeants des pays de ces bassins.

Trois demandes de transfert de l’eau du bassin du fleuve Congo ont été clairement formulées ; il s’agit de la demande du transfert vers le bassin versant du lac Tchad, du transfert vers le bassin versant du fleuve Nil et le transfert vers le bassin du fleuve Okavango.

Nous allons donner, pour chaque demande, les éléments constitutifs de la demande, des éléments scientifiques préliminaires sur la faisabilité, les aspects politiques et les considérations économiques rudimentaires….Télécharger le document.

LEAVE A REPLY

*