La fête de l’indépendance doit cesser d’être une affaire des élites

0
23
C’est le sens à donner  à une série de spectacles culturels lancés  dimanche 10 juin au salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa par Jean-Pierre Mutamba, promoteur de la chaîne de télévision B-One. Ces manifestations culturelles, essentiellement musicale, annoncent  les préparatifs de la  commémoration de cinquante deuxième années d’accession de la Rd Congo à sa souveraineté. Cette activité,  aux dires de Jean-Pierre Mutamba tend à rendre à l’ensemble du peuple congolais cette date qui marque un tournant décisif dans son histoire moderne. Une date  qui lui a été de tout temps confisquée, a-t-il déclaré. 
En effet,  longtemps considérée comme l’apanage des acteurs politiques, cinquante ans après, elle doit désormais devenir une propriété du peuple congolais et un moment de méditation pendant lequel chaque citoyen peut procéder à une introspection  profonde pour  se poser cette question primordiale : Où suis-je, qui suis-je, et quel sens  je donne  à l’indépendance de mon pays? Car, les mots contenus dans l’hymne nationale doivent surtout être matérialisés à travers les actes et non demeurer des slogans creux. L’espoir de faire de la République Démocratique du  Congo un pays qui compte parmi les nations du monde  libre est à ce prix.  
Pour cette première programmation qui avait  fait salle comble,  la soirée a été agrémentée par l’artiste de la musique chrétienne  Mama Lidya et son groupe,  ainsi que par la très célèbre   chorale monseigneur Luc Gillon qui regorge de   talents capables d’interpréter plusieurs sons musicaux.  
 
La symphonie musicale choisie à la grande satisfaction du public a eu comme avantage de revisiter à travers les différentes époques musicales les grands classiques africains ainsi que congolais d’une histoire qui reste marquée par la tragédie humaine.    Parmi les classiques, le public a dansé entre autres au son de Pata pata de Myriam Makeba, Danser Africa. S’agissant  de la discographie nationale,  la chorale a fait un récital élogieux de tous les classiques d’Africa Fiesta, Franco, Bokestu, Zaiko et  les autres. 
Bref, B-One par cette manifestation culturelle veut interpeller chacun des fils et filles de ce pays à travailler pour l’intérêt général. 
 
A.V 

LEAVE A REPLY

*