La fête avec la poésie, la dictée, la musique, le cinéma…

0
53

Alors que les organisations féminines et le ministère en charge du Genre vont  dans les jours qui viennent parler en long et en large de la femme, les pays francophones s’apprêtent pour leur part à célébrer le mois de la Francophonie. «  Diversité au service de la paix » est le thème retenu cette année par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).  C’est dans ce cadre que la Déléguée générale du CWB, Kathryn Brahy, a initié hier une conférence de presse pour évoquer les diverses activités prévues le mois prochain en rapport avec les deux événements, notamment le cinéma, le dessin, la comédie,  la musique,  la poésie,  la dictée, la  présentation des ouvrages …

Le parrainage  sera assuré conjointement par la Délégation générale de la Francophonie, les ministères de l’Epsp, de la Coopération Internationale et Régionale, de la Jeunesse, Sports et Loisirs, de la Culture et des Arts, le Centre Wallonie Bruxelles. Didier Mwewa, Joseph Ibongo et Sylvestre Ntumba, respectivement Directeur général à la Délégation générale à la Francophonie, Directeur général à l’Institut des Musées Nationaux du Congo et assistant au Pool Information au Bureau des  Affaires Humanitaires des Nations Unies (Ocha) ont donné des précisions sur la nature de ces activités.

On retiendra par exemple que le concours de poésie organisé à l’intention des élèves du primaire et du secondaire des 11 provinces de la RDC  avec comme thème « la maman congolaise » se déroulera le 8 mars.  La phase finale du concours de dictée se tiendra à la Médiathèque francophone de la Funa le 11 mars.  48 finalistes du primaire vont concourir d’abord au Collège Elikya le 13 mars. Les plus méritants vont être primés quatre jours plus tard au même endroit. Le Campus Numérique Francophone de Kinshasa organise du lundi 15 mars au mardi 16 mars un atelier d’écriture électronique. En fait, les personnes intéressées à ce jeu vont raconter un fait divers en 25 lignes en utilisant les dix mots choisis par la Délégation générale de la langue française.

Autres activités du Campus Numérique : les journées portes ouvertes du 18 mars, la remise des parchemins aux apprenants. Le « Nzango », jeu spécifiquement féminin, et en vogue, n’a pas été oublié. Une épreuve de Nzango, parrainée par le Conseil national de la Jeunesse, est prévue au Stade des Martyrs en date du 17 mars.

Dans le domaine du film, le CWB et le CCF ont programmé la semaine du cinéma francophone du 15 au 25 mars. Les spectateurs vont se régaler avec les films camerounais, suisses, belges, français. Par ailleurs, Sylvestre Ntumba, de la section Information du Bureau des Affaires Humanitaires des Nations Unies «  Ocha » a parlé d’un documentaire réalisé par les humanitaires sur le drame des habitants du Haut-Uéle, plus précisément de la contrée de Dungu. Ce film met en lumière les conséquences de la présence de la LRA dans ce coin, le témoignage des survivants…

La célébration de la journée internationale de la Francophonie, le 20 mars, sera fêtée au CWB avec comme animateurs principaux : Pascaline Losanganya et l’artiste musicien Jean Goubald.  En ce qui concerne le théâtre, il y a à signaler la présentation de « Misère » de Thierry Landu au CWB le 4 mars.  Interprété souvent par les Intrigants, ces derniers promettent aux spectateurs de se surpasser. 13 ans après avoir pris connaissance de cette pièce, ils peuvent l’interpréter avec maestria. «  Carte d’identité »  du Rwandais Diogène Ntarindwa programmé au CWB le 6 mars, dans d’autres coins de la capitale et même dans l’arrière pays, va certainement être suivi avec beaucoup d’attention. Le Rwanda et la RDC ayant fumé le calumet de la paix, Diogène et son compère congolais Philippe Laurent  vont à leur manière rappeler les affres de la guerre, le questionnement sur l’identité, le souci de mémoire…

« Le fossoyeur «  d’André Yoka  est également au programme. Dans le domaine des arts plastiques, l’assistance s’est rappelé l’existence de l’Institut des Musées Nationaux du Congo. Son animateur principal, Joseph Ibongo s’est vu remettre deux toiles, fruit du projet  de partage d’expériences entre artistes kinois et lushois. Tout heureux de recevoir ces toiles, il a fait savoir qu’ils mettront d’ici peu à la portée du public une salle d’exposition des œuvres d’art à Mont-Ngaliema.  Quant à  M. Pascal Kacky, en charge du service Livre à la Bibliothèque CWB, il annoncé la présentation d’un livre du ministre honoraire de la Culture ce mois ci et de l’inauguration d’une grande librairie à Gombe dans les jours qui viennent…

 Jean- Pierre Nkutu

 

LEAVE A REPLY

*