La DG de Cordaid évalue les actions réalisées en RDC

0
386

CordaidArrivée à Kinshasa, le 9 mars 2014, dans le cadre de sa première visite de travail dans notre pays, Mme Simone Filipini, directrice générale de Cordaid, a entrepris depuis le lundi 10 mars 2014, une série d’entretiens avec les autorités congolaises impliquées dans les principaux secteurs d’intervention de son organisation dont entre autres les soins de santé, enfants et éducation, sécurité et justice, leadership des femmes, industries extractives, entreprenariat, investissement, sécurité alimentaire et appui aux populations victimes de catastrophes naturelles.

Au cours de la réception donnée lundi dernier, en son honneur au restaurant Beki dans la commune de Gombe, elle a décliné l’objet de sa présente visite en RDC. Evaluer les actions de Cordaid/RDC, visiter les projets déjà réalisés et en cours d’exécution, échanger avec les principaux partenaires qui interviennent dans l’appui des projets, et discuter avec les autorités congolaises sur les problèmes des communautés locales et ceux des ONG dans leur accompagnement.

Pour Mme Simone Filipini, son organisation qui s’appuie sur ses 40 ans de travail sur le terrain en RDC, est déterminée à créer en harmonie avec les populations déshéritées, des zones florissantes, comme dans tant des pays où des structures de gouvernance sont encore fragiles. D’où leur devise «  Bâtir ensemble des communautés florissantes ». Raison pour laquelle Cordaid finance plusieurs projets dans les secteurs ci-après, éducation, Droits de l’Homme, emplois, santé, justice et tant d’autres.

Quel est le plus grand projet soutenu en RDC ? A cette question, la directrice générale de Cordaid  a répondu qu’il s’agit du projet VIH/Sida. Et c’est ce cadre qu’elle entend évaluer le travail sur le terrain, les efforts entrepris avec le Fonds Mondial, la Caritas et les autres partenaires. Son organisation veut aider les personnes vivant avec le VIH à avoir accès aux médecins, aux soins avec les antirétroviraux et éviter de nouvelles contaminations. Un accent particulier sera mis sur la lutte contre cette pandémie, notamment par l’intensification des campagnes de sensibilisation sur la prévention.

            Dans le secteur minier, Mme Simone Filipini a fait savoir que beaucoup d’expériences ont été acquises, au point qu’on a amélioré le suivi des résultats, afin que les recettes générées par les industries extractives puissent profiter aux communautés locales. Elle a déploré le fait que des fonds provenant des exploitations minières, échappent quelquefois au gouvernement. Cordaid, a-t-elle indiqué, œuvre avec d’autres partenaires pour que les retombées de ces ressources minières puissent favoriser l’amélioration des conditions de vie des populations locales, en termes de construction d’infrastructures routières, scolaires, médicales et sociales.

Pour illustrer les avancées enregistrées avec son organisation, Simone Filipini a évoqué l’implication de nombreux gouvernements pour la transparence des recettes de production et d’exportation des minerais. En Colombie, par exemple, on a noté l’agrément d’une agence gouvernementale, tandis qu’au Guatemala, les discussions sont en cours pour résoudre ce problème.

            Signalons d’autre part que pour sa visite en RDC, Mme Simone Filipini est accompagnée par M. Ernest Schoffelen, le responsable de l’Unité soins de santé de Cordaid.

            Le directeur de Cordaid RDC, Yaouba Kaïgama, présent au cours de notre entretien, a laissé entendre que Mme Simone Filipini se rendra dans le Bas-Congo pour s’entretenir avec les autorités provinciales et visiter quelques projets appuyés par Cordaid, avant de se rendre à Bukavu.

                                                                                                             J.R.T.  

LEAVE A REPLY

*