La Ceni invitée à identifier les bureaux de vote

0
53

« Nous saluons la CENI qui a commencé à publier les résultats de manière progressive. Seulement pour la question de transparence et diminuer le taux de contestations, nous invitons la CENI à ne pas se limiter seulement à dire le nombre de bureaux de vote faisant l’objet de ces résultats, mais d’aller dans les détails en identifiant les bureaux faisant l’objet de publication afin de permettre aux différents candidats et observateurs de faire une comparaison et d’éviter le dédoublement de ces bureaux surtout que la cartographie des bureaux de vote a posé problème », a déclaré samedi 3 décembre 2011 au siège de son organisation dans la commune de Barumbu, Henri Christin Longendja, directeur exécutif du Comité des droits de l’homme et développement (Codhod).

Le directeur exécutif de Codhod s’étonne que Ngoy Mulunda n’a cité le vendredi que deux bureaux de vote compilés à Kinshasa alors qu’à cette date il y en avait déjà 62 dans la circonscription de Tshangu.
Le rapport de Codhod ne s’éloigne pas d’autres rapports des missions d’observation électorale qui ont constaté de nombreuses irrégularités dans la tenue de ces élections.

Lycée Motema Mpiko, un centre de vote fictif

Le rapport de la mission d’observation constituée de 160 personnes signale que la cartographie des bureaux de vote était mal faite. « On a trouvé des bureaux fictifs, donc inexistants, les bureaux mal localisés, les bureaux dont les responsables étaient des candidats. Le cas du centre Stella dont le gestionnaire a été candidat dans la même circonscription de Lukunga. Il y a eu des bureaux de vote fictifs, pour ne prendre que quelques cas constatés dans la ville de Kinshasa dans la circonscription de Lukunga où le centre de vote se trouvant sur E.P. 5 Mombele Ngaliema (une école qui n’existe pas) ; Lycée Motema Mpiko (une école qui existe qui n’est pas un centre de vote).
Compte tenu du cafouillage qui règne dans les centres de compilation à la FIKIN, Codhod invite les partis politiques de continuer à y envoyer les témoins afin de garantir la transparence des opérations et permettre l’acceptation des résultats.
Le directeur exécutif de CODHOD invite aussi la CENI à respecter scrupuleusement le choix des populations en évitant trop d’écarts entre les résultats affichés dans les bureaux de vote et ceux publiés.

Dans son rapport, le CODHOD invite la CENI à ne pas être pressée dans la publication des résultats. Il estime qu’il a fallu demander à chaque chef de centre de vote de tenir une fiche centralisatrice des résultats issus de différents bureaux de son centre et les afficher. Ce qui faciliterait également la compilation.
Il a invité la société civile congolaise, l’Eglise catholique et la société civile africaine à avoir le courage de confirmer ou d’infirmer, si pas certifier dans l’objectivité les résultats publiés par la CENI.

Jean- René Bompolonga

LEAVE A REPLY

*