La Cenco en campagne pour la décentralisation

0
44

Dans le but de rendre le processus de décentralisation plus opérationnel et contribuer à l’amélioration des conditions de vie et réduire en perspective la pauvreté des populations à la base dans les provinces et entités territoriales décentralisées de la RDC, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), à travers sa commission « Justice et Paix », vient de lancer la campagne de sensibilisation de la population. Pour l’aider à mieux comprendre les enjeux et défis de ce processus, des séances de formation des sensibilisateurs sont programmées au cours de ce mois de mars  2015 à travers six villes de la RDC. Il s’agit  de Kinshasa, Kisangani, Goma, Butembo, Beni et Bunia. 

A Kinshasa, le travail sur terrain sera mené par la commission Diocésaine justice et Paix (CDJP) qui a formé hier jeudi 12 mars 2015,  en la salle des conférences de l’église Christ Roi, dans la commune de Kasa-Vubu, 26 animateurs des comités locaux de gouvernance participative (CLGP). La clôture va intervenir le samedi 14 mars 2015.

Ces animateurs seront déployés pendant deux mois à travers les ex-districts de Mont-Amba et de Funa, pour diffuser des messages adaptés au thème spécifique de la décentralisation en RDC. Cette vulgarisation va se faire à travers des échanges autour des outils de communication.

Pour le Mont-Amba, il s’agit des communes de Matete, Lemba, Ngaba, Limete, Mont-Ngafula et Kisenso. Pour la Funa, il s’agit de Bandalungwa, Makala, Selembao, Bumbu, Ngiri-Ngiri, Kasa-Vubu et Kalamu.

Le secrétaire exécutif de la commission épiscopale Justice et Paix, Père Clément Makiobo, a noté à ce sujet que la population congolaise ne s’est pas encore appropriée le processus de décentralisation. Cette campagne a été lancée pour l’aider à mieux cerner  l’importance de ce concept. D’où, il est urgent que le peuple soit suffisamment informé sur ce nouveau mode de gestion et d’organisation territoriale parce que, selon la loi électorale, 120 jours après la promulgation  de la loi de programmation des provinces, la CENI devrait organiser les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de nouvelles provinces.

Pour le secrétaire exécutif de la commission diocésaine justice et Paix, Me Célestin Ohote, si tout le monde arrive à bien comprendre les enjeux et défis de ce processus, le pays peut s’engager dans la voie du développement local et durable, en synergie entre les gouvernés et les gouvernants.

Au cours de cette première journée, Boniface Kakoma, chargé de logistique, avant de définir le concept et donner quelques éléments sur l’historique ainsi que le cadre légal de la décentralisation, a indiqué que cette formation des animateurs de Kinshasa est l’occasion de leur offrir une matière et une bonne préparation afin d’atteindre les résultats escomptés.  Il a fait savoir que la décentralisation en RDC participe  au processus général de refondation de l’Etat.

Selon la dernière intervenante, Célestine Hulungu, le concept de décentralisation reste vague dans de nombreux esprits. Ca parait comme un simple slogan. Les gens pensent qu’elle est lancée dans le seul intérêt du pouvoir en place. C’est ainsi qu’ils ont saisi l’occasion pour expliquer à la population que la décentralisation n’a pas commencé aujourd’hui mais plutôt depuis la seconde République.

Murka